À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Malades, nos hôpitaux !

J’ai lu que l’Hôpital de Hawkesbury va très bien, et ce, malgré des travaux d’agrandissement. Que des coroners constatent que trois décès sont dus à de graves lacunes et par manque de personnel. Ces problèmes sont récurrents. Que les infirmières souhaitent que l’on se dirige vers l’Ontario plutôt que les hôpitaux de Hull et Gatineau. Que l’Hôpital de Hull est désuet. On promet un nouvel hôpital, mais on planifie beaucoup…

Tout le monde parle, mais rien ne change. Les gens sont tannés de ces paroles vides.  

Jean-Guy Dansereau, Plaisance 

***

Pertinent et d’actualité

J’apprécie généralement le contenu et la fréquence des éditoriaux de Pierre Jury, ils sont toujours d’actualité, pertinents et significatifs.

Récemment, son réalisme et sa noble façon de décrire devraient inspirer notre premier ministre Justin Trudeau et son cabinet. Ils ont affaire à Donald Trump, un être d’exception dans bien des sens du terme. C’est notre seul voisin immédiat, notre principal partenaire économique, notre soutien militaire et moral en cas de conflit armé.

Son jugement et ses opinions doivent se refléter sur l’ensemble de la communauté politique et journalistique, non seulement dans la région, mais à travers tout le pays : il est le seul éditorialiste d’Ottawa, la capitale du Canada,  qui publie dans un quotidien de langue française. Ce n’est pas rien !

Bertrand Fortin, Gatineau 

***

Anglophones maltraités ?

Selon le dernier recensement de Statistique Canada, soit celui de 2016, le pourcentage de population de langue maternelle anglaise au Québec a augmenté de 9 à 9,6 %, alors que celui de population de langue maternelle française a quant à lui reculé de 79,7 à 78,4 %. Le Québec français perd ainsi sur les deux tableaux. Voilà qui est inquiétant.

Les locuteurs de langue maternelle anglaise sont ici moins de 10 %, et pourtant, 76,5 % des documents audiovisuels classés par l’ancienne Régie du cinéma du Québec du 1er septembre 2018 au 31 août 2019 sont en anglais, et seulement 10,9 % en français, soit sept fois moins.

À Bibliothèque et Archives nationales du Québec, section « Livres, musique et films », 54,8 % des documents sont en anglais et 27 % en français, soit deux fois moins. C’est le monde à l’envers. Qui a affirmé déjà que nous traitions mal notre minorité anglophone ? Si la minorité francophone hors Québec était aussi bien traitée, elle n’aurait pas autant fondu depuis 50 ans.

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Le directeur général des Sénateurs d’Ottawa, Pierre Dorion, a promis une meilleure saison. Et vous, qu’anticipez-vous ?

Pierre Dorion

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.