À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Vérification faite

Merci au nouveau groupe média dont fait partie Le Droit de nous démontrer de manière éclatante, chaque semaine, les vertus de médias professionnels et soucieux de l’exactitude de ce qu’ils rapportent.  

Je parle bien sûr de l’excellente chronique Vérification faite, dont la lecture complète, au-delà des manchettes et résumés, vaut toujours la peine. 

Ainsi, nous comprenons finalement le sens des manchettes saugrenues de leurs concurrents ayant conclu erronément aux conclusions alarmistes d’une seule étude liant une augmentation de cancer du sein chez les femmes buvant le plus de lait.  

Il est ridicule qu’une publication scientifique ait donné crédit à une étude n’ayant mesuré l’alimentation des participantes que sur une période de six mois, alors que le suivi des seules conclusions quant à l’incidence du cancer du sein a duré en moyenne 16 fois plus, soit huit ans !  

Il s’en passe, d’autres facteurs de risques que la consommation du lait, sur sept ans et demi de la vie d’une femme.  

En terminant, j’encourage fortement la lecture assidue de cette chronique à une certaine conseillère municipale de Gatineau, pour que ses croyances et sa vérité en soient illuminées, pour qu’on la prenne moins pour une, justement.

André Dorion, Gatineau

Plate, la Terre ?

Elle a raison Nathalie Lemieux. Il y a des jours où la Terre est plate. 

D’abord, les jours sans soleil, c’est plate. 

Les jours où on attend quelqu’un qui ne vient pas, c’est plate. Les jours de mauvaises nouvelles, ça aussi, c’est plate.

Plate est la Terre quand on tue des enfants ou quand des hommes tuent leur compagne.

Plate quand la crue des eaux envahit ta demeure.

Plate quand un nid de poule aplatit tes pneus.

Plate quand on nous ment ou qu’un certain Trump s’active à tromper la planète.

Plate si tu es malade et que tu n’as pas de médecin.

Oui, c’est vrai, la Terre parfois peut être plate, mais c’est plate de lancer des ballons qui risquent de te sauter au visage tout en s’adressant à des innocents qui n’en demandent pas tant.

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau

***

La question du jour :

Avez-vous modifié vos habitudes à la suite de l'éclosion de la pandémie du nouveau coronavirus?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com