À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Ça tombe bien...

Depuis plusieurs années les grandes compagnies du monde électronique telles que Google, Facebook, Amazon, Netflix, etc. sapent les revenus de nos entreprises locales. 

Ils ne paient pas leur juste part en impôts. 

Je ne comprends pas pourquoi, puisque nos gouvernements ne manquent pas de créativité pour trouver des moyens novateurs pour nous taxer. 

Ça tombe bien, nous irons bientôt aux urnes et que proposent nos partis politiques pendant la campagne électorale fédérale pour remédier à cette énorme injustice ? 

Il faut que ça finisse ces folies. 

Je suis de tout cœur avec les journalistes victimes de l’immobilité de nos gouvernements. 

Ils sont un pan essentiel de la démocratie.

Paul Philippe, Val des Monts

***
La version numérique

Le Groupe Capitale Médias déclare faillite. 

Catastrophe pour les journaux touchés. 

Faut-il les secourir ou les sacrifier sur l’autel de la technologie ? 

Une chose est sûre, ces médias vont manquer à beaucoup de monde. 

Un journal, c’est plus qu’un bout de papier. 

C’est le quotidien d’une communauté. 

Il faudrait sauver les journaux version numérique et la démocratie ne s’en porterait que mieux, car le vide que laisseront ces organes d’information sera remplacé par de la propagande sur les médias sociaux. 

En démocratie, la presse doit faire partie du débat.

Sinon comment informer le public sur les agissements de leurs gouvernements et leurs programmes ?

Serge Landry, Gatineau

***
Jamais sans Le Droit

Je n’ose pas imaginer la disparition du Droit et j’espère bien que le ministre Mathieu Lacombe pourra y voir. 

Je me demande ce qu’en penserait le père Charlebois et tous les autres qui se sont battus pour les droits des francophones en Ontario via notre journal Le Droit

Sans eux, sans Le Droit, nous ne serions peut-être plus capables de nous exprimer en français en Ontario et nous n’aurions peut-être pas sauvegardé notre seul hôpital francophone ! 

Il est vrai que de moins en moins de gens lisent les journaux ; néanmoins, les gens continuent à lire que ce soit sur leur tablette ou leur téléphone. 

Il serait malheureux toutefois de voir disparaître le papier journal qui renferme des informations plus complètes que ce qu’on peut lire sur ces plateformes.

S. D. Richer, Ottawa

+
LA QUESTION DU JOUR

Seriez-vous d’accord avec l’imposition d’une taxe sur l’accès à Internet, qui pourrait être utilisée pour aider les médias ?

Seriez-vous d’accord avec l’imposition d’une taxe sur l’accès à Internet, qui pourrait être utilisée pour aider les médias ?

> Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.