À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Acheter le respect

Ainsi donc, le site web de Shawville ne respecterait pas la loi 101 (« Welcome à Shawville », Le Droit, 4 avril 2018). Alors que Jean-Paul Perreault y perçoit une manifestation de mauvaise volonté, sinon de mauvaise foi, notre ministre Stéphanie Vallée y verra sans doute un sous-financement chronique de la communauté anglophone. Elle aura donc recours à la bonne vieille méthode libérale pour punir ceux qui, après plus de quarante ans, refusent toujours de se conformer à la loi 101 : donnons-leur des subventions pour les aider. On y gagnera sans doute un site web bilingue. Mais, sûrement pas le respect.

Gaston Carmichael, Gatineau

Pas de place pour les vélos

Il n’y a pas de place sécuritaire pour les vélos sur le nouveau boulevard Saint-Joseph. (« Pas de piste cyclable sur Saint-Joseph », Le Droit, 20 mars 2018) Je suis un adepte du vélo, j’habite le secteur Gatineau, et j’ai dû rouler sur le boulevard de l’Hôpital où il y a une piste cyclable entre le trottoir et la rue ; j’ai eu très peur ! Je ne crois pas que les cyclistes choisiront le vélo pour aller magasiner sur le boulevard Saint-Joseph. Par respect pour les quelques commerces qui n’ont pas de stationnement privé, il faut maintenir un minimum d’espace pour garer la clientèle pour une courte durée. Les cyclistes qui choisiront l’axe nord/sud dans ce secteur pourraient très facilement emprunter les rues Lois et Berry, une fois aménagées dans ce sens. Le boulevard Saint-Joseph est déjà très, voire trop étroit pour justifier une piste cyclable sécuritaire. Surtout si l’on devait y installer des mini-barricades comme à Ottawa. L’aménagement de trottoirs d’une largeur respectable et l’enfouissement des câbles m’apparaissent indissociables dans le contexte d’une revitalisation de cette précieuse artère.

Bertrand Fortin, Gatineau

Réaction exagérée

Pour les anciens patients du Dr Nadon, l’annonce qu’ils auront de nouveau accès à un médecin de famille est une excellente nouvelle. (« Référés à une médecin unilingue anglophone », Le Droit, 5 avril 2018) Son remplacement par une personne unilingue anglophone est une mesure temporaire, comme le précise bien l’Université d’Ottawa et je trouve exagéré qu’on en fasse tout un plat.

Pierre Calvé, Gatineau

***

La question du jour :

Vous intéresserez-vous aux séries éliminatoires de la coupe Stanley, ce printemps, malgré l’absence du Canadien et des Sénateurs?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com