À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Vanier : du bon sens

Pour une deuxième fois en quelques mois, le correspondant Pierre Leblanc critique les Vaniérois et leur montée de lait (« Des comptes à rendre », Le Droit, 23 février). Il s’agit plutôt d’une montée, nullement exagérée, de bon sens et de solidarité. 

Nous sommes solidaires avec les sans-abri qu’un tel mégarefuge ne sortira pas de l’itinérance. Nous réclamons pour eux des logements supervisés répartis dans différents quartiers de la ville. Notre lutte est-elle justifiée ? Passez donc au 334 Montfort où on souhaite créer une entrée pour le refuge. Regardez les propriétés avoisinantes, dont la mienne. Le projet sera dans notre cour, dans notre maison, dans toute notre vie. Ce serait inacceptable sur votre propre rue. 

Pour aider les gens en détresse, il y a d’autres solutions que de chambouler et détruire un secteur. 

Ne soyez pas trop prompt à lancer la pierre au conseiller municipal Mathieu Fleury. Nous avons confiance en lui. Plusieurs personnes auront des comptes à rendre dans cette affaire entachée d’un flagrant manque de transparence.

Denise Beauchamp, Vanier


Des pressions douloureuses

Je ne ferai pas le procès des paramédics. Leur travail est extraordinaire et leurs conditions de travail extrêmement difficiles (« Des stages bloqués », Le Droit, 16 février). Leurs moyens de pression ont été approuvés par le Tribunal administratif du travail. Néanmoins, cela ne signifie pas que ces moyens n’ont aucun impact grave sur le système de santé ! Quand le gouvernement traitera-t-il le personnel de la santé et des soins préhospitaliers avec respect?  Ce sont aussi les patients et leurs familles qui payent pour l’attitude cavalière du gouvernement et de son ministre de la santé. Mon mari a été cruellement été touché à plusieurs reprises par ces moyens de pression. Et j’en ai été profondément bouleversée. Il revient à l’ensemble de la société de réagir ! 

Qui dit que demain ce ne sera à votre tour de devenir une victime du système ? Je souhaite ardemment que les médias nous informent mieux au sujet des revendications du personnel de la santé et des soins préhospitaliers. Je suis intéressée à comprendre les raisons pour lesquelles ces mouvements de grève et ces moyens de pression sont mis de l’avant.

Lise Martineau, Val-des-Monts

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Vous êtes allés au Salon du livre de l’Outaouais? Quel auteur, quel livre vous a le plus séduit?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.