À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Trudeau regarde...

Le premier ministre Justin Trudeau, lorsqu’interrogé, répond presque invariablement : « On regarde... » On ne le paie pas pour regarder des affaires. On le paie pour faire des affaires. Au début de la semaine, il disait « regarder » la situation de voyageurs non essentiels à la frontière Canada-US. 

Il émerge maintenant qu’il était en train de coordonner (discrètement) la fermeture de la frontière avec l’administration Trump. Fort bien. Il ne « regardait » rien du tout, il était en train de négocier. Pourquoi ne pas le dire ainsi ?

Alain Gingras, Notre-Dame-de-la-Salette

***

Un pactole à point

On a caché du fisc des États des centaines de milliards de dollars dans les paradis fiscaux. Il serait temps de rapatrier ce pactole pour aider tous les individus et entreprises qui subissent les contrecoups de la pandémie de la COVID-19. 

Il en resterait même pour financer la lutte aux changements climatiques.

Paul Chénard, Gatineau

***

Vive la science !

Le Droit a eu la lumineuse idée de reprendre quotidiennement du Soleil la chronique scientifique de Jean-François Cliche. Il a le don de rendre clairs et passionnants des sujets assez complexes, et il appuie toujours ses textes par d’innombrables références scientifiques. Il nous offre ainsi de longues minutes de profonde réflexion qui nous changent de la dommageable frénésie de l’instantanéité qui a envahi le monde moderne de l’information. Merci au Droit et à Jean-François Cliche. 

Roland Madou, Ottawa

***

Invitation aux propriétaires

Je lance cet appel à tous les propriétaires de logements : pourquoi ne pas accorder un mois de loyer gratuit, ou à rabais, à toutes les familles locataires dont au moins une personne a perdu son emploi à cause du coronavirus. La même chose pour les petits commerces. Si vous pouvez le faire, faites-le donc en toute solidarité avec vos frères et sœurs dans le besoin. Ce serait un geste fort apprécié!

Gilles Marleau, Orléans