À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Rouvrir Robert-Stewart ?

La Ville de Gatineau envisage rouvrir la parcelle, fermée depuis longtemps, du chemin Robert-Stewart entre les rues du Jockey et Denise-Pelletier, dans le secteur Aylmer. Une pétition circule pour que ce chemin reste fermé. 

Le chemin Robert-Stewart existant est bordé de résidences d’un côté et d’un ruisseau de l’autre. Il n’y a ni trottoir, ni piste cyclable. Cyclistes et piétons doivent le partager avec les voitures qui y circulent déjà en grand nombre, vu la forte densification des dernières années. 

La section que Gatineau projette d’ouvrir est bordée de chaque côté par les cours arrière des rues Félix-Leclerc et promenades Crescent. Ces maisons se retrouveraient donc coincées entre deux rues, défiant toute planification urbaine! 

Si Gatineau se veut verte, elle devrait faire de cette section un sentier cyclable et piétonnier. Cela ne comblerait pas le besoin criant de piste cyclable nord-sud dans ce secteur, mais ça ouvrirait une voie sécuritaire. 

Hélène Goulet, Gatineau


Efficace propagande

La lettre de la correspondante Lise Martin (« Ingérence politique », Le Droit, 18 février) montre qu’il faut admirer l’efficacité de la propagande conservatrice qui arrive à convaincre que la discussion qu’a eue Justin Trudeau avec sa ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould au sujet de SNC-Lavalin est de l’ingérence politique.

Quand, sur insistance notamment du premier ministre du Québec François Legault, le chef du gouvernement fédéral s’assure que sa ministre a pesé le pour et le contre des différentes options légales qui s’offrent à elle, tout en lui laissant la décision finale, comment les conservateurs peuvent-ils prétendre que c’est de l’ingérence ? 

N’est-ce pas simplement de la bonne gouvernance ? 

Ont-ils oublié que du temps de Stephen Harper, les ministres n’avaient rien à dire et devaient faire ce que le chef disait, tout comme cela se passe actuellement avec Doug Ford en Ontario ? 

La pression indue sur les ministres, c’est la façon de diriger des conservateurs, pas des libéraux !

Roland Madou, Ottawa

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Convoi «United We Roll» : est-ce que ces camionneurs réussiront à convaincre le gouvernement Trudeau ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.