À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Passage avec fracas

Il est rentré au PQ en fracassant,

Il est sorti en fracassant,

pour une famille fracassée.

S’il revient, que fracassera-t-il ?

Claude Péloquin, Gatineau

Sans équivoque

Le retour de Pierre Karl Péladeau ? Très souhaitable !

Albert Guillemette, Gatineau

Et la devise aussi !

L’idée du professeur Gilles LeVasseur de demander « Un nouveau drapeau pour l’Ontario » (Le Droit, 25 janvier) est excellente, mais je suggère de changer aussi la devise de la province. « Fidèle elle a commencé, fidèle elle demeure » rappelle le génocide culturel qui a suivi l’invasion du sud de la province de Québec par les Loyalistes anglais défaits dans la guerre d’indépendance américaine. Au Québec, la langue officielle était le français et les lois civiles françaises s’appliquaient. Cela déplaisait aux Loyalistes. Pour récompenser ses sujets, Londres coupa ce Québec en deux, et la partie sud fut renommée plus tard Ontario.

Pendant près de 200 ans, le futur Ontario fut francophone. Il y a à peine deux siècles qu’il est à majorité anglophone. Nos deux communautés doivent avoir une place égale sur tous les symboles de la province.

Roland Madou, Ottawa

Des options sans réponse

Postes Canada continue d’ignorer les requêtes de plusieurs Canadiens privés du courrier à leur domicile. Je suis déçu, mais je ne suis pas surpris. Le gouvernement fédéral néglige une partie de la population en n’offrant pas une livraison du courrier à domicile sous le prétexte de ne pas avoir les moyens. Pourquoi est-ce que la requête d’une livraison hebdomadaire à domicile a été ignorée ? J’attends toujours une réponse et... la livraison de mon courrier à domicile !

Bernard Potvin, Orléans

***

La question du jour :

Démission de trois politiciens en 24 h (Patrick Brown, Jamie Baillie et Kent Hehr): que se passe-t-il?

Envoyez votre réponse à editorial@ledroit.com