À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

De fortes attentes

La Coalition avenir Québec qui remporte trois sièges en Outaouais a quelque chose de démocratique qui me laisse sans voix. Enfin, les gens on compris qu’un nouvel hôpital est nécessaire et maintenant attendu si François Legault a de la parole, bien sûr ! Le nouveau gouvernement aura-t-il le courage de réaliser ses promesses ? Mais ce qui est important pour les Québécois est d’avoir un gouvernement transparent et honnête. Les Québécois n’ont pas tenu rigueur au chef de la CAQ qui en campagne a avoué ne pas connaître les lois d’immigration pas cœur. 

Nous sommes à la croisée des chemins, le ras-le-bol des électeurs a atteint son maximum la participation aux élections 2018 le prouve. L’élection de la CAQ offre à ce parti de gouverner autrement et vite les gens veulent voir de l’amélioration en santé et en éducation. Legault saura-t-il répondre aux demandes de son vaste électorat ?

Serge Landry, Gatineau


La sécurité des marcheurs

À ceux qui critiquent les élèves de la Polyvalente de l’Île, avez-vous pensé aux 400-500 élèves qui marchent ? Aucune sécurité pour leur retour à la maison alors que la noirceur y sera. Ceux de Mont-Bleu ont le transport scolaire pour l’aller et le retour. Pensez-y bien... inverser l’horaire serait sécuritaire pour ces élèves marcheurs.

N. Chartrand, Gatineau


Le monde change

Bravo à Chrystia Freeland pour le superbe travail qu’elle a accompli dans la difficile renégociation de l’ALENA avec un président cinglé. Et merci à Pierre Jury pour son éditorial sur ce sujet (« ALENA 2 : pas mal, après tout », Le Droit, 4 octobre). Il est complet et objectif, et il recadre parfaitement les vociférations électoralistes de nombreux politiciens québécois.

Les agriculteurs ont une vie pénible et ils nous sont indispensables. Ils doivent absolument être protégés, mais ils ne pourront pas éternellement sauvegarder la totalité de leurs droits acquis. Le monde change, et comme a dit le penseur acadien Steve Lambert : « L’on ne peut pas être en mode de protection et en mode d’évolution en même temps ».

Roland Madou, Ottawa

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Quel bilan faites-vous de l’action politique de Philippe Couillard ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.