À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

De bons souvenirs...

Fascinant la chronique « Seulement à Vanier... » de Denis Gratton sur l’hôtel Riverside d’Eastview et de ses fameux « Playboy bunnies » des années 1960 (Le Droit, 15 novembre). Je m’en souviens assez bien ayant passé plusieurs bonnes soirées à fêter au Rib. À ma mémoire, il y avait le Riverside Steak House au rez-de-chaussée et le club de nuit « Upstairs at the Rib », avec ses jolies « bunnies », à l’étage. En 1967-1968, on dansait au son de Bobby Brown & The Currios !

Guy Carisse, Ottawa

***

Les feuilles de vigne

L’interdiction de la nudité dans les vestiaires de la Ville de Brossard est une nouvelle étape dans l’obsession envers tout ce qui touche à la sexualité. C’est le retour des émules du pape Pie V, qui considérait que la nudité était indécente et qui ordonna en 1566 de la masquer dans les œuvres d’art. Avant cela, la nudité était fréquente, car Adam et Ève étaient nus jusqu’au péché originel, et ce que les chrétiens condamnaient, c’était le péché et non le corps. Dans les pays d’inspiration protestante, la nudité est restée banale. Dans la plupart des écoles aux Pays-Bas, garçons et filles prennent la douche ensemble après une activité sportive. La nudité est autorisée presque partout. 

Dans tous les pays nordiques, hommes et femmes vont au sauna ensemble et complètement nus. La conséquence en est que les relations entre hommes et femmes sont plus respectueuses que chez nous et que le nombre de viols est nettement plus petit que dans les pays catholiques. Cette aversion de la nudité est nuisible, car génératrice d’idées malsaines !

Roland Madou, Ottawa

***

Chasser l’écureuil ?

J’aimerais indiquer mon dégoût à penser qu’un animal de la grosseur d’un écureuil soit chassé. C’est une excuse pour certains de tirer sur tout ce qui bouge. Une autre façon d’abuser de Dame nature. Ce n’est pas un écureuil qui produira des retombées économiques en attirant des touristes américains à venir en faire la chasse au Québec. Une fois tiré, le panache n’est pas très gros ! Sommes-nous prêts à manger de l’écureuil ? Sinon, alors pourquoi les chasser ? Je dis non. Si on permet la chasse à l’écureuil, quel animal sera le prochain sur la mire ?

Martin Hébert, via Internet

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Êtes-vous satisfait du projet de loi 157, qui encadre la consommation de cannabis au Québec ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.