À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Une affaire de rues

À Renée Amyot, Conseillère, Gatineau

L’article « Un autre mois d’attente pour l’avenir du cul-de-sac de la rue du Sommelier » (Le Droit, 23 août) réitère votre empressement à rouvrir la rue du Sommelier. Cette idée, une promesse électorale, ne servirait qu’au groupe de pression qui vous influence. Veuillez nous savoir extrêmement déçus. 

Nous sommes parmi les familles qui vivraient avec les nombreux désagréments d’une telle réouverture. Ce qui n’est aucunement le cas des conducteurs qui utiliseraient notamment le chemin LeBaudy, les rues LeRoy et du Sommelier en guise de raccourci… pour épargner quelques minutes que constitue le trajet naturel par le chemin des Érables.

Décider c’est facile... surtout lorsque le décideur n’a pas à vivre les conséquences négatives de sa décision. Votre prédécesseur Cédric Tessier, ainsi que le maire Maxime Pedneaud-Jobin et les conseillers d’alors, avaient saisi l’importance de la fermeture de la rue du Sommelier en votant « pour » cette résolution. Ont-ils erré ? Pourquoi invalider une décision du conseil alors la qualité de vie s’était améliorée ?

Enfin, les mesures d’atténuation que vous énumérez n’étaient que des chimères ! Je vous invite à réfléchir au philosophe Alain : « Rien n’est plus dangereux qu’une idée, quand on n’a qu’une idée ».

Bernard Garneau, Gatineau

Un usager à risque

Confrontée à la question du troisième lien entre Québec et Lévis, la population de l’Outaouais n’a toujours pas une route sécuritaire pour se rendre dans la Petite Nation, les Laurentides ou Montréal. La valse des milliards se passe ailleurs. 

Ici on refait de temps en temps le coup des cônes orange qui vous font croire que des travaux sont en cours dans la région du chemin Lépine ou Doherty. Au mieux ils ont permis de mieux voir que l’on se paie notre tête. Le prochain geste du gouvernement serait une clôture pour séparer les voies à quelques endroits sensibles. 

Pourquoi ne pas opter pour une solution qui ferait l’histoire : remplacer la direction du MTQ à Gatineau et compléter l’autoroute à quatre voix entre Buckingham et Mirabel comme premier geste pour l’équité en Outaouais ?

Gérard Laurin, Gatineau

***

La question du jour :

Le conseiller Mike Duggan, candidat conservateur dans Aylmer, propose... huit ponts sur la rivière des Outaouais. Rêve-t-il en couleurs?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com