À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Une activité saine et bénéfique

J’ai longtemps possédé des chiens et j’ai découvert qu’un des plaisirs qui y étaient associés était les deux marches quotidiennes quasi obligatoires de ces compagnons (« Les chiens reprennent leur droit de cité dans les parcs », Le Droit, 4 avril).

Longtemps, j’ai fréquenté le terrain de soccer du centre Asticou, où 12 mois par année, les chiens et les propriétaires se rencontraient, pour jouer et se délier les pattes dans le cas des premiers et pour bavarder et faire de l’exercice dans le cas des seconds. C’était très thérapeutique ; ça permettait d’oublier les tracas de la journée. J’y ai noué des amitiés. Bref, c’était une forme de « loisir » qui ne coûtait rien à personne : ni à la CCN, ni à la Ville, ni aux participants. 

Par la suite, la CCN a décidé d’y interdire les chiens et a démantelé la clôture qui ceinturait le terrain. Dommage. La promenade canine dans un lieu où les propriétaires peuvent se rencontrer est une activité des plus saines et bénéfique, tant sur le plan de la santé physique que sur celui de l’hygiène mentale. Bravo à la Ville qui a décidé d’offrir ce « loisir » gratuit à ses citoyens !

Louise Dumoulin, Gatineau


Cannabis : des règles uniformes

La Ville de Gatineau projette de tenir une consultation citoyenne pour se donner un plan d’action cohérent qui tient compte des attentes de la population (« Cannabis : Gatineau tend l’oreille aux citoyens », Le Droit, 30 mars 2018). 

Une pareille démarche me semble fort pertinente pour composer avec cette nouvelle réalité. Je me questionne sur les modalités qui seront retenues dans nos régions rurales pour bien encadrer les actions, et ce, avec le nombre très élevé de municipalités. À cet égard, je trouve important que les règles soient les plus uniformes pour en faciliter leur application et s’assurer que notre qualité de vie soit exempte de tout dérapage.

Raymond Ménard, Plaisance

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Comment l’intervention de l’ancien maire Marc Bureau influence-t-elle la polémique autour de l’Ombudsman ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.