À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Sur Alain Bellemare...

En comparant les articles sur Bombardier et ceux sur le hockey, je deviens choqué. Les clubs de hockey paie des millions à des joueurs qui jouent avec une rondelle et les joueurs contribuent très peu pour l’économie. On les paie de gros salaires parce que nous voulons les meilleurs. Par contre, pour les dirigeants d’entreprise, on chiâle à propos de leur salaire. On veut les meilleurs, mais contrairement aux joueurs de hockey, on n’est pas prêt à les payer.

Le patron de Bombardier, Alain Bellemare, reçoit en 12 millions $ pour diriger des milliers de personnes qui rapportent des millions en impôts aux gouvernements. Carey Price, Shea Weber, Erik Karlsson et autres reçoivent autant et quelles sont leur responsabilité ? Mettre la rondelle dans le filet, ou l’empêcher. C’est le principe romain de donner du pain et des jeux au peuple.

J’aime bien mieux payer un dirigeant d’entreprise qui fait des millions, qui crée des milliers d’emplois qui contribuent à l’économie.

René Cardinal, via Internet

***

Un meilleur contrôle

Le gouvernement fédéral devrait avoir un meilleur contrôle sur les hausses salariales et les bonus des hauts dirigeants de Bombardier, et Postes Canada du même coup !

Line Branchaud, Embrun

***

Pas mieux qu’avant

Vous devez vous souvenir que dans les années 1970, un PDG de multinationale gagnait entre 20 et 40 fois le salaire moyen de ses employés. Les compagnies ne sont pas mieux dirigées aujourd’hui alors c’est de la folie pure ces rémunérations de hauts dirigeants. 

Ce paradigme tire à sa fin.

André Bérard, Sherbrooke

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Quelle est votre première réaction à l’annonce de l’abolition du Commissariat aux services en français de l’Ontario ?

Doug Ford

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.