À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Pour être juste

Amanda Simard doit démissionner et se présenter de nouveau sous la bannière libérale pour être juste envers l’électorat et en même temps envoyer un message clair à Caroline Mulroney. 

Sylvain Tourangeau, Orléans

***

Ça devient toxique

Si le fait de se joindre au Parti libéral procure à Amanda Simard une voix lui permettant de défendre les droits des francophones… certainement qu’elle devrait le faire. Lorsqu’on travaille dans un milieu dont la culture va à l’encontre de nos valeurs, cela devient toxique à la longue.

Nicole Morin, Gatineau

***

Ténacité, solidarité, sérénité

La journée du 1er décembre a démontré la ténacité franco-ontarienne. Le français est notre héritage dont nous sommes les gardiens. La solidarité pancanadienne était réconfortante, avec toutes les provinces et des politiciens de tous les partis. Et parmi ces milliers de participants régnait une amicale sérénité, les différenciant totalement des gilets jaunes français. Outre Amanda Simard, il faut remercier l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario d’avoir mobilisé 14 000 personnes en si peu de temps. Le Droit a repris son flambeau centenaire, et Unique FM et Radio-Canada ont réalisé de longues émissions spéciales. Même l’Ottawa Citizen s’est rangé de notre côté, et en français !

La Bruyère disait : « C’est la profonde ignorance qui inspire le ton dogmatique. » Il serait temps que Doug Ford retourne apprendre l’histoire de l’Ontario et que Brian Mulroney secoue sa fille un peu !

Roland Madou, Ottawa

***

Par solidarité

Les luttes pour un Québec souverain et les luttes pour des services en français ne sont pas les mêmes mais il faut se supporter pour une pérennité du fait français en Amérique.

Richard Nadeau, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Le mouvement des gilets jaunes, en France, est-il apparenté avec celui des carrés rouges, au Québec ? Pourquoi ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.