À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Pas comparable

Il est malhonnête de la part du collectif contre le prolongement des heures d’ouverture des bars du Vieux-Hull de dire que rien n’a changé depuis 1997 (« Dangereux et inacceptable », Le Droit, 25 janvier). L’arrimage des heures s’est fait en 1997 mais avant 1996, les bars en Ontario fermaient à 1 h. Donc on ne peut comparer 1997 et 2019. Nous sommes en 2019, beaucoup de choses ont changé. Donnons une chance à nos élus de voir si des ajustements peuvent être faits. Dans les années 1990, des mesures devaient être prises et merci aux élus de l’époque d’avoir eu le courage de les prendre.

Jean-Pierre Arcand, Gatineau

***

Le monstre de la rivière

Tout comme le monstre du Loch Ness, les idées erronées sur un nouveau pont ressurgissent régulièrement. Ce n’est pas la politique qui a empêché la construction d’un pont en 2013, mais l’entêtement que le nouveau pont passe par l’île Kettle. Douze corridors avaient été envisagés. Les études de la CCN montraient que le corridor Kettle était le plus mauvais de tous pour le total des critères environnementaux et sociaux. Or le mandat exigeait que ces critères soient déterminants. Cela correspondait aussi aux souhaits de la population. Curieusement, la CCN a émis une recommandation privilégiant Kettle. Certains politiciens étaient manifestement intervenus. Les deux provinces n’ont pas été leurrées, et elles ont rejeté cette solution contraire à leurs exigences. Avec raison. La solution aux engorgements réside dans la construction, en dehors des zones densément habitées, d’un pont-tunnel, et plus tard d’un deuxième pour créer une rocade. Et lorsqu’un transport en commun rapide et coordonné entre les deux rives sera opérationnel, les ponts actuels suffiront.

Roland Madou, Ottawa

***

Quatre anges gardiens

La tempête des derniers jours a été dévastatrice. Nous avions des courses à faire dans le Plateau, à Hull. Notre voiture s’est retrouvée à cheval sur un accotement au milieu de la chaussée. Puis, quatre personnes ont surgi de nulle part pour aider. Nous avons dégagé mon véhicule. Je n’oublierai pas leur générosité et, s’il se reconnaissent, je les remercie de nous avoir porté secours.

Gilles Guay, Gatineau

***

LA QUESTION DU JOUR

Le chef du Bloc Québécois, Yves-Francois Blanchet

Croyez-vous possible qu’Yves-François Blanchet réussisse à se faire élire à la Chambre des communes, en octobre?