À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Quelle perte pour la société

Ottavien d’origine, Hullois d’adoption, Louis-Philippe Landreville était un homme de parole et d’action. De la trempe des Cartier Mignault, Yolande Duval, Paul Surprenant, pour n’en nommer que quelques-uns.  Je me plaisais à dire qu’il avait le mot « Bibliothèque » tatoué sur le cœur.  

Ce dernier membre fondateur de la bibliothèque municipale de Hull a rendu son dernier souffle récemment. Il fut précédé par Aurélien Doucet et Fernand Nadon. Monsieur Landreville était aussi membre fondateur des « Amis de la bibliothèque de Hull » et initiateur du programme « Bibli-Amis », dont le mandat était d’apporter des boîtes de livres aux bibliothèques scolaires.  

Heureuse d’avoir connu cet homme si dévoué, généreux et engagé dans sa communauté.  Il a laissé sa marque dans la vie d’une foule de gens.

Monique Depratto, secteur Hull, jadis présidente fondatrice des Amis de la bibliothèque de Hull

***

Les statistiques de la 50

Au retour de Montréal et à la suite à la tempête de neige, nous avons emprunté la 50 Ouest. J’étais impressionné par la rapidité avec laquelle la route avait été dégagée par l’équipe de déneigement. 

Mais en arrivant à Buckingham, vis-à-vis la sortie du chemin Doherty, nous avons croisé une déneigeuse qui roulait en direction est. 

Elle a éclaboussé notre pare-brise d’une très épaisse couche de gadoue. 

À 100 km/h, soudainement, on ne voyait plus rien. Le temps d’actionner les essuie-glaces, j’ai freiné et tenu le volant bien droit afin de ne pas dévier de ma trajectoire. 

Mon épouse et moi avons passé à un cheveu d’être les prochaines statistiques de la 50.

Paul Philippe, Val des Monts

***

La route régionale 50

La question que l’on se pose en provenance de Montréal, c’est « prenons-nous la 50 ou la 417 » ? Tout dépend de la noirceur, de la température, des conditions routières. 

Voyager sur cette route mal éclairée dans le secteur Mirabel m’a causé plus de stress que je n’ai pas voulu renouveler. 

Conclusion : le ministère des Transports dort au gaz depuis longtemps. Ce n’est pas l’autoroute 50, mais bien la route régionale 50.

Monique Trotier, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Dans la foulée de la tragédie au Lac-Saint-Jean, quelles mesures de sécurité prioriseriez-vous dans le monde de la motoneige ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.