À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Je ne crois pas...

Je n’ai jamais pris part au Festival des montgolfières de Gatineau et après avoir lu l’article « Le prix d’un bracelet quotidien a plus que doublé » (Le Droit, 30 août), je ne crois pas m’y présenter de si tôt et peut-être jamais ! 

Claude Robert, Gatineau

***

Vraiment déçu

Je suis vraiment déçu de la hausse des prix quotidiens. Chaque année, le Festival des montgolfières de Gatineau est un bon moment que l’on passe en famille. Ça coïncide avec la fin de l’été, le retour à l’école et il y a toujours une certaine nostalgie dans le parc. On croise du monde qu’on connaît, on regarde les envolées... ou pas. Avec les enfants qui grandissent, on leur prend un passeport pour les manèges et on les laisse aller, seuls comme des grands. Mais ça fait plus de 10 ans qu’on y va et les manèges n’ont pas changé.

Cette année, on a des amis en visite. Mais j’ai été alarmé des tarifs ! Voyons donc ! 65 $ par personne ? Et 13 $ de stationnement en plus ! Et 40 $ pour les manèges par dessus ça ? Sérieusement, c’est quoi l’explication ? Vous pensez vraiment que c’est un tarif abordable pour les familles ?

Jean-Sébastien Pautet, via Internet 

***

Un village aux abois

Le petit village d’Old Chelsea et la municipalité de Chelsea seront bientôt transformés irrémédiablement par une dizaine de projets domiciliaires visant à amener une plus grande densification. On y projette notamment 1000 unités de logement. Le conseil municipal est très clairement manipulé par les entrepreneurs qui ont su convaincre les élus d’aller de l’avant avec des projets qui vont détruire à jamais l’aspect rustique et rural de Chelsea. Plusieurs édifices patrimoniaux seront démolis ou transformés. Certains des nouveaux édifices proposés ne serviront pas à la communauté locale, mais aux touristes qui cherchent à vivre des expériences comme s’ils étaient à Mont-Tremblant. Plusieurs y voient un signe du progrès. Au contraire, c’est un affront à la démocratie locale et démontre le pouvoir de promoteurs sur un village qui bientôt n’en sera plus un.

Théo Martin, Chelsea

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

François Legault n’est pas pressé à taxer les GAFA : comment l’en convaincre ?

Le premier ministre québécois François Legault

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.