À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Journée de la fraternité

Le terme « islamophobie » est ambigu, restrictif et péjoratif, ce qui se reflète dans les hésitations quant à son usage pour désigner une journée qui lui serait consacrée. Je suggère une appellation plus claire, plus inclusive et plus positive : une « Journée mondiale de la fraternité ». Elle ferait contrepoids au racisme, à la xénophobie, au repli sur soi, à l’ignorance des autres cultures et à la méfiance, voire la haine, qui s’ensuit.

Ce serait aussi une bonne occasion de réfléchir à l’équilibre qui doit exister entre la protection, la survie, l’épanouissement de notre langue, de nos traditions, de nos coutumes, et la place qu’on doit faire à nos compatriotes issus d’autres communautés linguistiques et culturelles.

Pierre Calvé, Gatineau

Que se passe-t-il ?

J’ai presque toujours été un militant libéral, j’ai même été chef de cabinet d’un ministre à Québec. Mais là, j’ai mon voyage ! Je n’ai jamais connu une telle situation en 50 ans dans l’Outaouais : cinq députés au pouvoir, dont deux ministres. Résultats : le pire bilan des services de santé de tout le Québec ; une seule université, presqu’ignorée, pour desservir la quatrième plus grande ville du Québec ; une autoroute à deux voies pour nous relier au reste du Québec ; une publication gouvernementale publiée deux fois l’an, faisant la promotion touristique de toutes les régions du Québec, sauf l’Outaouais, etc.

Pour avoir servi dans la fonction publique, je peux confirmer que la bureaucratie provinciale ignore l’Outaouais, qu’elle pratique de l’aveuglement volontaire. Rien pour aider nos élus. Serait-ce une explication à leur silence ? Je m’arrête ! Je rage !

Bertrand Fortin, Gatineau

Les nonos...

Concernant les propos de Justin Trudeau sur les « nonos de la Meute »... Ce sont probablement ces mêmes nonos, comme dit le premier ministre, qui ont voté pour lui et pour la légalisation du pot. 

Michel Marc Charbonneau, Gatineau

***

La question du jour :

Pourquoi faut-il s’inquiéter de l’épisode de violence survenu au Palais de justice de Maniwaki ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com