À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Il faut les réutiliser

Je suis entièrement contre l’interdiction complète des sacs de plastique par la Ville de Gatineau. Je les utilise régulièrement plus d’une fois. Ils se plient facilement, s’insèrent bien dans un sac à main, une boîte à lunch, une valise, etc. Ils servent également à placer des objets, pour les poubelles de maison, etc. Le problème, ce ne sont pas les sacs de plastique. Il faut simplement sensibiliser les citoyens à les réutiliser.

La Ville de Gatineau a bien d’autres chats plus prioritaires à fouetter avant de se préoccuper de sacs de plastique. Il suffit de penser au déneigement, aux nids-de-poule, la réparation de trottoirs, etc.

Monique Beaudoin, Gatineau

Du vélo l’hiver, eh oui

Bravo à la Ville de Gatineau pour sa décision de déneiger certaines pistes cyclables. Le vélo d’hiver se pratique ailleurs dans le monde, par exemple dans les pays scandinaves, pour le plus grand plaisir et bien-être des citoyens.

Faire du cyclisme l’hiver n’est pas une activité casse-cou comme le laisse entendre Patrick Duquette dans sa chronique « Déneiger les pistes cyclables ou pas ? «(Le Droit, 10 janvier). Je l’ai fait moi-même pendant plusieurs années, sans incident fâcheux. 

Il faut le faire intelligemment, s’équiper adéquatement, et faire en sorte que les cyclistes puissent avoir accès à des sentiers déneigés et sécuritaires. Bravo à la ville d’Ottawa qui fait un travail admirable en déneigeant la piste cyclable de la rue Laurier. Ce fut un des facteurs qui m’ont encouragé à continuer à rouler même en hiver.

Michel Bélanger, Gatineau

Un monument à déneiger

Il serait tout à fait approprié que la communauté juive locale et nationale apporte un soutien financier à la Commission de la capitale nationale pour déneiger le monument érigé en mémoire à la Shoah afin d’assurer l’accessibilité au monument 12 mois par année. Cela me semble parfaitement logique.

Le mécénat et la philanthropie c’est aussi ça.

Pierre Larabie, Gatineau

***

La question du jour :

Votre opinion, et vos habitudes de consommation, changent-elles avec les pratiques de certains franchisés de Tim Hortons face à leurs employés?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com