À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La déroute de notre réseau routier

Le récent bilan routier de CAA-Québec vient appuyer le lot de commentaires qui fusent de toute part concernant les conditions lamentables d’un grand nombre des routes en Outaouais. À titre d’exemple, comment ne pas réagir quand on circule sur la route 148, entre Thurso et Plaisance, où on doit de faire du  slalom à nos risques pour éviter la multitude de nids-de-poule. Comment nos villégiateurs peuvent-ils se sentir attirés par l’hospitalité de nos communautés rurales, quand ils doivent  composer avec une telle réalité?  N’est-ce pas un obstacle au mieux-être de notre vitalité économique ?

Raymond Ménard, Plaisance


Gatineau stagne

Bravo à Nicole Morin pour sa lettre « Le syndrome du petit » (Le Droit, 6 juillet 2019). J’abonde dans le même sens, surtout quand elle dit que le secteur de Hull a besoin de se refaire une beauté. Les Gatinois devraient commencer à penser en termes de richesse collective et oublier le syndrome du « pas dans ma cour ». Signe encourageant : le conseil municipal semble ouvert à la tenue d’un référendum sur le projet Bloome sur Saint-Joseph. Par la même occasion, plusieurs Gatinois voudraient aussi pouvoir voter sur le projet des tours de Brigil, qui a été refusé l’an dernier pour plaire à une infime minorité de la population gatinoise. Puisque nous vivons dans un système démocratique et que des décisions de cette ampleur ont des impacts sur nous tous, je crois que nous devrions avoir droit de parole et de vote quand il s’agit de l’amélioration et de la prospérité de notre ville. 

Margo Émond, Hull


Réchauffer pour rafraîchir

En fin de semaine, j’ai demandé à un homme pourquoi il laissait rouler le moteur de son auto stationnée sur ma petite rue tranquille. « À cause de la clim », me répondit-il, puis il a refermé sa vitre deux fois plus vite qu’il ne l’avait ouverte. Nous ne sommes pas sortis de l’auberge.

Sylvio Le Blanc, Montréal

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Vingt-sept villes au Canada interdisent aux restaurateurs d’offrir le service au volant. Votre municipalité devrait-elle faire de même ou pas ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.