À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Une mesure régressive et discriminante

À Mathieu Lacombe, ministre de la Famille et responsable de la région de l’Outaouais,

Ma conjointe et moi sommes deux travailleurs de l’État québécois en Outaouais qui œuvrons dans le système de la santé. Nous avons un fils qui vient tout juste d’avoir un an. Nous sommes sur la liste d’attente pour les milieux de garde subventionnés (La Place 0-5) depuis plus de 18 mois. 

N’ayant pas eu de place dans un CPE, et ne pouvant pas être dans un milieu familial pour cause de nos horaires atypiques de travail, nous nous sommes tournés vers un milieu de garde non subventionné et avions décidé d’assumer la différence de coût. Mais voilà qu’en novembre 2019, avec votre mise à jour économique, un écart de coût important s’est créé entre les garderies subventionnées et les autres. Nous sommes doublement pénalisés. 

Non seulement nous n’arrivons pas à obtenir une place en CPE, mais en plus nous devons payer plus et ne recevrons rien de cette mise à jour. 

Sincèrement, nous nous sentons lésés par l’offre de services de garde en Outaouais et par votre mesure fiscale régressive et discriminante.

Samuel Fréchette, Chelsea


Le budget de la CAQ

Il n’y a aucune mesure spécifique pour combler le sous-financement en Outaouais. Le dernier budget contenait une augmentation en éducation de 6,7 %, alors que dans celui hier, l’augmentation est de seulement 4,5 %. On ajoute des postes de professionnels dans un contexte de pénurie d’emploi. Ce gouvernement est avant tout électoralisme.

Claude Beaulieu, Gatineau


Ward et Lemieux

À quand une déclaration de Mike Ward défendant la liberté d’expression de Nathalie Lemieux dans sa malencontreuse croyance que la Terre est plate ?

René Thibault, Ottawa

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

L’Ontario ferme ses écoles publiques. Le Québec devrait-il en faire autant ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.