À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Pas que monétaires

L’analyse du budget démontre que la santé et les services sociaux accapareront 42,1 % du budget et l’éducation et la culture, 23,9 %. Les deux postes budgétaires recevront 65,9 % du budget total du Québec. Et il y en a encore qui se plaignent qu’il n’y a pas assez de crédits accordés à ces deux ministères ! 

Les problèmes en santé et en éducation ne sont pas seulement que monétaires. Si on ne repense pas la façon de donner les services, nous n’améliorerons pas la qualité des soins et de l’enseignement au Québec. Le bordel administratif en santé existe depuis plus de 30 ans et le ministre Barrette n’est en poste que depuis moins de 4 ans. Il ne peut pas être le seul responsable. En éducation nous changeons de Ministre annuellement, encore là le bordel administratif ne peut être attribuable qu’aux élus. Donc du sous-ministre à l’employé de soutien, nous devrons repenser leur façon de travailler et de ne plus faire porter leur incompétence sur le dos du gouvernement. Faudra-t-il privatiser la santé et l’éducation afin que les agents de l’État deviennent responsables et redevables ?

Yves Durand, Gatineau

Vieillir dans la dignité

Je suis profondément persuadé que d’encourager les aînés à demeurer dans leur domicile n’est pas la bonne solution d’avenir. Alors, pourquoi le Québec alloue des sommes additionnelles pour le maintien à domicile et des crédits d’impôt pour les aidants naturels ? Les crédits d’impôt sont de la poudre aux yeux !

D’abord, parce que les fonctionnaires ne savent pas comment régler le problème des vieux, mais surtout parce qu’il n’y a plus de place dans le réseau et pas assez de CHSLD.

Pourtant, il me semble que c’est là que nos gouvernants devraient intervenir : donner plus d’assistance financière aux aînés vieillissants pour qu’ils se logent dans des résidences publiques, privées ou subventionnées ; à la limite, les placer dans des CHSLD à construire. 

Le maintien à domicile menace les personnes vieillissantes d’isolement, de souffrir de manque de soins médicaux et d’épuiser à la corde les aidants naturels, qui sont, dans bien des cas, des proches de ces séniors et qui ont aussi une vie à vivre !

Bertrand Fortin, Gatineau

***

La question du jour :

Budget de l’Ontario: êtes-vous séduit par la proposition de frais de garde gratuits pour tous les enfants de 2 1/2 à 4 ans?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com