À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

À la dernière minute

Le chroniqueur Patrick Duquette a tout à fait raison (« Courir après sa queue », Le Droit, 18 novembre). Les urbanistes s’amusent à planifier les rues, les parcs, le drainage, même la couleur des maisons, sans la moindre considération pour les écoles. On s’attend à ce que les commissions scolaires s’occupent de ces choses.

Nos commissions scolaires attendent la toute dernière minute pour chercher un terrain d’école. Planifier à l’avance n’est pas dans leur façon de faire. Alors que j’étais maire de Cantley, le besoin d’une nouvelle école primaire est devenu pressant et un jour, la députée Stéphanie Vallée m’a glissé un mot comme quoi le ministère donnerait bientôt son accord. Armé de cette nouvelle, je suis allé voir la commission scolaire pour commencer la recherche d’un terrain qui conviendrait. On m’a regardé comme si j’arrivais d’une autre planète. « On ne peut rien faire avant l’annonce du ministère ! », m’ont-ils dit. 

Localiser une école dans un quartier après que tous les terrains sont construits, cherchez l’erreur ! Peut-être nous pourrions regarder la façon de faire dans les autres provinces et arriver à une solution afin de prévoir la présence des enfants dans nos projets domiciliaires qui auront besoin des écoles. Quelle drôle d’idée !

Steve Harris, Cantley

***

Casse-têtes résolus

En composant son nouveau gouvernement, Justin Trudeau a réussi à résoudre plusieurs casse-têtes. 

Chaque nomination a été bien réfléchie. Et pour les francophones en situation minoritaire, le fait d’être représentés par deux ministres est une avancée importante, car Dan Vandal et Mona Fortier ont déjà montré leur dévouement aux Franco-Manitobains et aux Franco-Ontariens.

Les conservateurs critiquent, évidemment. Pourtant, le fait que la Commission de la capitale nationale soit sous la responsabilité d’Anita Anand, de Toronto, est excellent, elle qui a été primée pour sa gouvernance des organisations. Elle sera certainement plus objective que les précédents ministres conservateurs, qui avaient pesé de tout leur poids pour que le futur sixième pont passe par l’île Kettle. Ce corridor était pourtant le pire pour l’environnement et ne répondait donc pas aux exigences mises à l’étude, mais c’était certainement le corridor qui était le plus favorable à leurs amis.

De toute façon, la capitale est celle de tous les Canadiens. Ce n’est pas une chasse gardée des gens de notre région.

Roland Madou, Ottawa

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

La Commission de la capitale nationale a dévoilé ses plans pour les plaines LeBreton : qu’en pensez-vous ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.