À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Des millions à la poubelle !

Ce qu’il faut retenir de ce Registre québécois des armes à feu, c’est que Philippe Couillard et sa gang se paient une image aux frais des contribuables. L’équivalent de 20 millions $ jetés à la poubelle.

Alain Vachon, Gatineau

Islamique, pas islamiste

Les tueries comme celle de la mosquée de Québec découlent essentiellement de la confusion existant entre les islamistes, de dangereux extrémistes, et les autres musulmans. Dire qu’on doit combattre l’islamophobie ne fait qu’aggraver la confusion entre ces mots voisins, mais au sens fort différent. Il n’y a pas que les nonos, comme les appelle maladroitement Justin Trudeau, qui ne comprennent pas que, même si tous les Occidentaux craignent et combattent les islamistes, l’islamophobie n’est pas justifiée.

Le Coran contient des versets belliqueux, mais que seuls les extrémistes rétrogrades appliquent à la lettre. Les nouveaux penseurs de l’islam n’ont pas la tâche facile. Puisque le Coran est une parole divine révélée, et que le mot islam signifie soumission à la volonté d’Allah, ils ne peuvent que replacer les passages violents dans leur contexte historique. C’est cette approche qu’il faut adopter. 

Répéter faussement que les terroristes islamistes ne respectent pas les préceptes coraniques ne fait que retarder la modernisation de la religion islamique et la disparition de la phobie des musulmans.

Roland Madou, Ottawa

Qui sont les nonos ?

La commémoration à la mémoire des victimes de la Grande Mosquée de Québec, lundi, a touché. Il me semble que la dignité, le respect et la grandeur d’âme devaient être le dénominateur commun de ce rassemblement fraternel. Tous les intervenants ont incarné ces principes sauf, malheureusement nos deux premiers ministres. Ils ont utilisé maladroitement la commémoration à des fins politiques.

Alors des nonos peut-être... mais qui ?

Paul Peterson, Gatineau

***

La question du jour :

Bal de neige vieillit, échange, évolue... et rapetisse, selon certains: doit-on craindre pour sa pérennité?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com