À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le chemin vers la paix

Donald Trump invite ses alliés à dépenser davantage en armement, sans doute afin d’accroître les ventes d’armes des États-Unis au profit de son complexe militaro-industriel. Triste similitude avec la politique proarme héritée de la NRA que le président américain préconise pour l’intérieur du pays. Cette voie constitue-t-elle un chemin viable pour la paix mondiale et l’avenir de la planète ? Trump serait mieux d’atteindre l’objectif fixé par l’ONU en 1970, invitant les nations à consacrer 0,7 % de leur PIB à l’aide étrangère. Aider les peuples à accéder à un niveau de vie convenable est le meilleur moyen de construire la paix. Encore une fois, ce que préconise Trump est tout au contraire du bon sens !

Gilles Marleau, Orléans


Les personnes âgées en prison ?

Il y a 10 ans, j’ai écrit une lettre dans Le Droit où je proposais de mettre en prison tous les gens âgés. Ainsi, ces personnes recevraient trois repas par jour, auraient des loisirs supervisés, leur lit serait changé toutes les semaines, leur linge de corps lavé et retourné à leur propriétaire, ils auraient de la surveillance 24 h sur 24 et auraient accès au téléphone tous les jours. Quant aux repris de justice, ils pourraient aller crépir dans un des CHSLD du Québec. Les criminels y songeront à deux fois avant de commettre d’autres crimes ! Cette proposition est restée lettre morte auprès des élus. Aujourd’hui, je leur rappelle qu’ils ne possèdent pas la jeunesse éternelle. Un jour, quand vous ne serez plus au gouvernement, dans quel endroit préférerez-vous demeurer : dans un CHSLD ou dans le luxe d’une prison ?

Jean-Luc Soucy, Gatineau


La vitesse

Je remarque que sur la 50 à Gatineau, en zone de construction, la limite de 70 km/h n’est vraiment pas respectée par la majorité des conducteurs. La limite de vitesse est là pour protéger les ouvriers qui y travaillent. Je suis certain que certains roulaient à 100 km/h comme s’ils étaient seuls sur la route. De plus, les configurations des routes sont différentes, ce qui rend plus dangereuse la vitesse dans ces zones. S’il vous plait, respectez la vitesse de 70 km/h.

Jean-Louis Mignot, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Seriez-vous prêt à vous lancer en politique ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.