À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Qu’elle démissionne !

J’étais candidat au poste de conseiller dans Touraine à la dernière élection et Nathalie Lemieux m’a battue à plate couture. J’ai refusé à plusieurs reprises de commenter les décisions qu’elle a prises. Mais ses commentaires sur la communauté musulmane sont islamophobes, racistes et démontrent une intolérance des autres cultures. Il y avait une profonde conviction dans ses propos qui rend toute excuse invraisemblable. Elle doit faire preuve de discernement. Si elle cherchait de la publicité gratuite, elle a été comblée.

Une telle xénophobie la rend inapte à représenter son district et Gatineau. La communauté musulmane de Gatineau n’est pas constituée de terroristes, mais de bonnes personnes qui ne demandent qu’à vivre et participer positivement à la communauté. Il ne lui reste qu’une chose à faire : démissionner.

Yves Durand, Gatineau

On crucifie vite !

Les médias et plusieurs politiciens et leaders communautaires ont la gâchette un peu facile et rapide pour critiquer et crucifier quelqu’un qui exprime son opinion. Même si nous ne partageons pas cette opinion, cette personne a le droit de l’exprimer. Nous sommes dans un pays libre et démocratique, où nous jouissons de la liberté d’expression, non ? Le débat et la diversité d’opinions sont une richesse et non quelque chose à proscrire et à condamner.

Faisons attention à la dictature de la rectitude politique et des bien-pensants de toute espèce. La tolérance n’est pas une voie à sens unique !

Robert Potvin, Gatineau

La démocratie...

Voici ce qui serait respectueux de la démocratie... 

Que le maire accepte que la conseillère Nathalie Lemieux puisse exprimer la pensée de beaucoup de citoyens, sans procéder à un changement de maire suppléant de la Ville de Gatineau à cause d’une opinion exprimée. Le vivre-ensemble ne consiste pas à museler un élu qui ne partage pas son opinion. La démocratie est vivante lorsque diverses opinions d’élus s’expriment librement.

Pour aider à comprendre ce qu’est la démocratie, je souligne le mot « dictature » : régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par une personne ou par un groupe de personnes qui l’exercent sans contrôle, de façon autoritaire.

Jacques Beauséjour, député à l’Assemblée nationale (1976-1985)

Contre vents et marées

J’ai la conviction que Nathalie Lemieux maîtrisait bien mal la façon d’exprimer ses opinions sur un sujet aussi sensible sur lequel les Québécois sommes confrontés. Il est par contre malheureux que les médias en aient fait leurs choux gras et que la controverse fasse encore la manchette, alimentant la mésentente. 

Nous, francophones de ce pays, avons subi tellement plus de propos haineux de la part d’individus ne comprenant rien hors de leur propre culture. Nous avons malgré tout fait face à vents et marées et demeurons un peuple créatif, avant-gardiste, généreux et inclusif.

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau

Des interrogations

J’approuve que François Legault ne fasse pas du 29 janvier la journée contre l’islamophobie. Un geste déplorable et malheureux a été commis par un déséquilibré, cela ne fait pas des Québécois des racistes et islamophobes.

Le Québec est l’endroit le plus accueillant où tous désirent s’installer. La preuve : les migrants illégaux y accourent par milliers...

Qui s’excuse pour tous les attentats terroristes qui se commettent dans le monde ? Je me pose des questions.

Un peu de reconnaissance pour un Québec accueillant serait de mise.

Lyse Garneau, Gatineau

Un courant islamophobe ?

Ceux qui accusent les Québécois d’être islamophobes devraient savoir qu’en utilisant comme un épouvantail ce terme piégé pour étouffer les critiques, ils sacralisent les pratiques sociales wahhabites anticitoyennes. Un peu de culture et d’éducation ne font jamais de tort.

Claude L’Arrivée, Gatineau

Pas d’islamophobie

Il n’y a pas d’islamophobie au Québec et ailleurs au Canada tout comme il n’y a pas d’anglophobie au Québec ni de francophobie dans le reste du Canada.

René Thibault, Ottawa

Non à l’islamophobie

À titre de premier député à avoir dénoncé dans une déclaration l’islamophobie au Canada le 2 juin 2010 à la Chambre des communes, je tiens à saluer toutes les personnes qui combattent toutes les formes de racisme. L’ignorance crasse déblatérant des commentaires islamophobes à qui mieux mieux n’a pas sa place autant à Gatineau, au Québec, au Canada que partout dans le monde.

Richard Nadeau, Gatineau

Peut-on parler ?

Les commentaires de Nathalie Lemieux et de François Legault reflètent ce que pense une bonne partie de la population. Nos élites ont fourni immédiatement le discours politiquement correct selon lequel questionner le sujet de l’islamophobie débouchait sur des accusations de racisme, etc. Je ne peux dire si le Québec est islamophobe ou encore si les musulmans ne réussissent pas à s’intégrer. La population musulmane est trop petite pour qu’on puisse en tirer des données statistiquement fondées. Cependant, on peut examiner les pays démocratiques dans le monde et il est alors très clair que la communauté musulmane ne s’intègre pas. À titre d’exemple, on peut citer les ghettos musulmans en France, Belgique, Grande-Bretagne, etc. où l’intégration est carrément impossible. 

Si un jour, la communauté musulmane est suffisamment nombreuse au Québec pour se rassembler dans certains quartiers, leur non-intégration à notre société sera alors facilement identifiable. 

Entretemps, je souhaite que l’on permette à Mme Lemieux de discuter de cette question sans toujours nous sortir le discours politiquement correct sur le racisme de certaines de nos élites.

André Lachance, Gatineau

Une occasion à saisir

Un problème, ça peut aussi devenir une occasion qu’il faut saisir pour s’informer, réfléchir et s’améliorer. La question de l’islamophobie soulève aussi celle du racisme et de l’intégrisme. D’une société plus homogène, on passe à des changements accélérés qui demandent une grande tolérance et une ouverture aussi importante à la différence. C’est vrai pour les élus et pour nous tous.

Reste à développer notre confiance et nos habiletés à dialoguer pour distinguer et respecter les droits collectifs des Québécois et les droits des personnes, peu importe leur provenance, leur religion et/ou leur philosophie. Une société laïque, non sexiste, plus équitable et de langue française, c’est raisonnable et tout à fait réaliste au Québec en évitant toute forme d’extrémisme.

Denis Carrier, Gatineau

Elle ne se cache pas

Je ne crois pas que Nathalie Lemieux doive présenter des excuses. Elle a simplement dit ce que plusieurs pensent et elle ne se cache pas pour le dire haut et fort. Faites un sondage, vous verrez que plusieurs l’endossent et ne se cachent pas la tête dans le sable. Que faites-vous de la liberté d’expression ? C’est toujours pareil, on est racistes ou islamophobes. Un dicton résume tout ça : si tu vas à Rome, fais comme les Romains.

Luc Robert, Gatineau

S’ouvrir aux autres

Les propos de la conseillère Nathalie Lemieux et tous ceux qui pensent comme elle, démontrent une profonde incompréhension et de peur injustifiée des musulmans vivant ici, mais aussi cachent un rejet de tous ces nouveaux arrivants qui viennent ici pour échapper à la violence, à la pauvreté, etc.

Quitter son pays n’est pas une décision qu’on prend à la légère. Plusieurs y perdront la vie. Ils ont une ambition commune de travailler et de contribuer au développement de la société qui les accueille dans la paix et la liberté. Comment peuvent-ils s’intégrer si nous n’allons pas à leur rencontre ? Notre soutien les aide à s’inscrire dans la nouvelle culture et à tout recommencer du bon pied. Sans cet accueil essentiel, il ne faut pas se surprendre des incompréhensions, des peurs, de la formation de ghettos et de murs qui détruisent le tissu social d’une société. N’hésitons pas à leur tendre la main au lieu de leur lancer des roches.

Carl Hétu, Gatineau

***

La question du jour :

Le conseiller municipal Mathieu Fleury a dévoilé ses intentions face à la mairie d’Ottawa : qu’en pensez-vous ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com