À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Lutter contre la pauvreté

Alors que le chômage au Québec est tombé à un creux inégalé depuis 1976, le gouvernement augmente le salaire minimum de quelques miettes. Inacceptable de maintenir dans la pauvreté des dizaines de milliers de personnes — surtout des femmes — afin de maintenir les profits des entreprises, dont les dirigeants gagnent jusqu’à 200 fois le salaire moyen.  L’année 2018 apportera des élections au Québec. Utilisons notre vote pour mettre fin à la pauvreté. 

Bernard Taylor, Val-des-Bois

Au lieu du plastique...

La solution de rechange au sac en plastique existe : le sac en chardon de Sardaigne utilisé à Milan, en Italie. Ce sac végétal aboutit au bac de compostage. Il est résistant et entièrement produit avec l’huile des graines de chardon, ce mal-aimé « pépic », une plante qui pousse dans des champs sans besoin d’entretien. Plus-value, il est fabriqué sans aucun produit toxique dans une ancienne raffinerie de pétrole. Seul inconvénient, quelques sous de plus que le plastique ! Qui sait, avec nos vastes espaces, le chardon pourrait devenir une affaire aussi rentable que la marijuana. 

Pascal Barrette, Ottawa

Et les bouteilles ?

Interdire les sacs de plastique ? Je serais en accord seulement si on récupérait par la consigne les bouteilles d’eau en plastique qui à mon avis polluent beaucoup l’environnement. Je suis amateur de vélo et on voit de ces bouteilles de plastique partout dans l’environnement ! 

Michel Lévesque, Gatineau

Merci à l’hôpital

J’ai été hospitalisée à l’hôpital de Hull en orthopédie, pour un remplacement de hanche. Merci au personnel pour son professionnalisme. Ce sont des anges. Ils étaient toujours en manque de ressources mais étaient aux petits soins. Bravo à vous toutes et tous.

Lucille Leblanc, Gatineau

***

La question du jour :

Aujourd’hui, on enfouit encore les déchets ultimes. Que devrait-on en faire?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com