À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Ordures: donnons le bon exemple

Bravo pour la nouvelle réglementation concernant le recyclage, le compostage et la collecte des ordures envoyées au site d’enfouissement. En tant que société très privilégiée économiquement, nous en sommes venus à oublier le gaspillage éhonté que nous faisons comme consommateurs. La terre et ses richesses nous sont prêtées, mais on se dit: « allons-y à fond de train, achetons, gaspillons », « le recyclage et le compostage, je n’ai pas de temps pour ça », « en fait, je m’en fous complètement ». Mais quelle planète laisserons-nous à nos enfants? Si la ville de San Francisco a réussi un vrai « miracle » en réduisant ses déchets à presque 100 %, pourquoi ne pas s’en inspirer? Les nouvelles exigences viennent de Québec, félicitons-les pour une fois d’avoir osé « mettre leurs culottes » et de penser un peu à l’avenir de notre planète, de notre « pays ». Tous devraient contribuer à cet effort de réduction des déchets : les usines, les restaurateurs et autres commerçants, les particuliers, autant les immeubles à appartements que les maisons individuelles. Également, on devrait obliger les compagnies à ce que tous leurs emballages soient recyclables. Soyons des citoyens attentifs à l’avenir de leur communauté et non pas uniquement à celui des contribuables. Soyons des Olympiens : donnons l’exemple, et le meilleur!

Philippe Roy, Gatineau

Une limite de 120 litres, vraiment?

Une limite de 120 litres de déchets par foyer... sans tenir compte du nombre de résidents! À ce que je sache, une maison unifamiliale de deux personnes produit moins de déchet que celle de deux adultes et trois enfants! Comment sera pondéré le 120 litres? Soixante litres par résident ou 120 litres peu importe le nombre? J’ai visité des immeubles de copropriété où il n’y a aucun espace prévu pour le compostage. Qu’adviendra-t-il avec cette nouvelle politique de gestion des déchets?

Pierre Marc Turpin, Gatineau

***

La question du jour :

Devrait-on augmenter la vitesse à 120 km/h sur les autoroutes?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com