À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Je suis une victime

Je suis victime du système de justice de la Ville de Gatineau. En octobre 2017, j’ai fait la demande pour contester une contravention. En date du 24 mai 2018, je reçois le jugement rendu par défaut... et le 30 mai, je reçois mon avis d’audition à me présenter en cour le 23 avril ! La Cour municipale me dit qu’ils ne sont pas responsables de la poste, que je peux faire une demande de rétractation avec des frais de 22 $ non remboursables. J’obtiendrai alors une nouvelle date de Cour mais le risque est 50/50. Si le juge refuse ma demande, j’ai des frais additionnels!

Je déplore ce système. Le citoyen ne pourra jamais gagner contre la Ville de Gatineau. 

Nathalie Caron, Gatineau

Martine: je regrette...

Je regrette le départ d’une vaillante combattante en Martine Ouellet. Enfin nous entendions parler d’indépendance !  Les intrigues de palais, les jeux de pouvoir, les belles-mères, les allégations touchant les députés bloquistes plus intéressés à protéger leur pension qu’à défendre l’article 1, tout comme les républicains de Donald Trump qui n’osent pas le contrarier... Par contre, Mme Ouellet semblait prête à engager le combat souverainiste... plus que les hommes qui l’entourent !  Je me demande comment sa démission profitera à la réalisation de notre souveraineté. Ses dénigreurs ont-ils un plan d’attaque ?

Albert Guillemette, Aylmer

Tout ça pour ça!

À la mi-février, après sept ans de reconstruction, le Bloc québécois pouvait enfin voir venir l’élection de 2019 avec optimiste. Conditions financières excellentes, 15 000 membres, troupes motivées, le NPD et le Parti conservateur qui en arrachaient au Québec, les astres étaient bien alignés. Toutefois, on ne savait pas alors qu’il y avait sept députés malheureux. 

Aujourd’hui, on a un parti décapité, à la dérive, et avec plusieurs milliers de membres en moins. Toutefois, réjouissons-nous, il n’y a plus que cinq députés encore malheureux.

Gaston Carmichael, Gatineau

***

La question du jour :

Et puis, satisfait du résultat de l’élection en Ontario ? Quelle analyse faites-vous ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com