À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Islam et crucifix

Le premier ministre François Legault refuse de décréter une journée contre l’islamophobie au Québec, alléguant qu’il n’y a pas d’islamophobie. Faudra donc m’expliquer le pourquoi de ce projet de loi interdisant le port de signes religieux (surtout le voile) alors que le crucifix de l’Assemblée nationale va conserver sa place. Il faudra aussi faire le tour des établissements scolaires et hospitaliers pour éliminer toutes ces statues chrétiennes en même temps que ces voiles inadmissibles...

Jacques Turcotte, Gatineau

***

Plutôt qu’une journée…

L’idée d’une journée contre l’islamophobie ne fait pas l’unanimité, tant s’en faut. Je suggérerais plutôt une journée mondiale de la fraternité, ce qui est moins ambigu, plus inclusif, moins péjoratif. Ce serait beaucoup plus rassembleur si, à terme, elle dépassait les limites de notre pays. La mondialisation met plus que jamais en présence des peuples, des races, des religions, des cultures différentes et il serait temps que ce phénomène fasse l’objet d’une prise de conscience de ses implications et encourage les élans de fraternité qui ne seraient plus uniquement suscités par les événements tragiques comme ceux de la tuerie à la mosquée de Québec.

Et si on trouve que le terme « fraternité », qui vient du mot « frère » est sexiste, je suggérerais alors une journée mondiale de la solidarité humaine, sans oublier toutefois que le mot « humain » vient du mot « homme » !

Pierre Calvé, Gatineau

***

Moins de services

Sur la rue de Toulouse, deux séries de 81 logis/condos furent construits. Côté nord, les occupants bénéficient du déneigement des trottoirs. Côté sud, non. Les trottoirs sont neufs et n’occupent qu’une partie de Toulouse en direction est jusqu’au boulevard de l’Hôpital. En appelant au 3-1-1, j’ai appris que nos trottoirs ne seront déneigés que l’année prochaine, à l’hiver 2019-2020.

Considérant que le conducteur de la déneigeuse part de l’Hôpital et déneige côté nord puis revient au milieu de la rue Toulouse sans déneiger le côté sud, où est l’économie ? Il déneige même une partie de Toulouse sud après notre stationnement C, là où il n’y a pas de résidents. Le chauffeur dit suivre le devis remis. S’il y avait des trottoirs tout le long de Toulouse, je pourrais comprendre. Mais là, c’est aberrant… Y a-t-il un conseiller qui peut faire corriger ça ?

Jacques Paulhus, Gatineau

+

LA QUESTION DU JOUR

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

Selon vous, quelle devrait être la priorité du Canada en matière de politique étrangère?