À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Émoi sur la planète francophone

Dimanche, à TV5, il était réconfortant de voir à l’émission Kiosque des journalistes européens s’émouvoir devant un extrait du discours de démission de la jeune députée franco-ontarienne Amanda Simard à l’Assemblée législative de l’Ontario. Je pense que la cause des Franco-Ontariens suscite la sympathie de non seulement tous les Canadiens français, mais de tous les francophones du monde.

Sylvio Le Blanc, Montréal

***

Honte au premier ministre Ford

Les tactiques inacceptables à la Trump utilisées dans cette saga franco-ontarienne ne peuvent rester impunies. Récemment, M. Ford a dit aux médias qu’il avait essayé de contacter Mme Simard à au moins trois occasions pour qu’elle participe aux discussions avant de finaliser le plan du gouvernement sur la question franco-ontarienne. Mme Simard aurait prouvé que M. Ford a menti. On ne veut pas d’un Trump ontarien comme premier ministre, qui ment à sa guise pour se débarrasser des gens qui ne le soutiennent pas de façon inconditionnelle. Cette tactique utilisée pour détruire la réputation et la crédibilité des gens n’a pas sa place au Canada. On doit montrer au premier ministre Ford qu’ici, au Canada, il y a des conséquences sévères à ces tactiques crasses. « Résistons » ne peut mieux s’appliquer.

Jacques Tremblay, Orléans

***

Encore notre bout de la couverte !

Dans ma dernière lettre (« Notre bout de la couverte », Le Droit, 5 juillet 2018), je vous ai averti, M. Ford, que nous, les Franco-Ontariens, tenions à toute notre couverte. Ça ne vous empêche pas de tirer encore plus fort, au point d’en arracher de précieux pans. Vous êtes en train de tout saccager avec vos grosses traces de Ford. Sachez que nous nous battrons pour reprendre ces morceaux de notre couverte tricotée serré, faite de solide laine d’habitants… habitants venus de France et Canadiens depuis 400 ans. Sachez aussi que cette laine que vous nous arrachez finira par vous couvrir d’un manteau de honte et de confusion. Croyez-moi, même par les grands froids, ce manteau est loin d’être confortable. Vous pouvez encore l’échanger pour une chape d’honneur et de loyauté, mais faites vite… Il est minuit moins cinq !

Colette St-Denis, Ottawa

+

LA QUESTION DU JOUR

Le gouvernement Legault veut faire passer l'âge légal pour consommer du cannabis de 18 à 21 ans au Québec.

Cannabis: Québec fait passer l’âge minimum légal de 18 à 21 ans. Est-ce une bonne idée?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.