À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le juste compromis

Le gouvernement Legault a fait preuve de retenue lors du dépôt de son projet de loi sur la laïcité avec sa clause grand-père et l’exclusion des travailleurs dans les garderies. Le projet de loi de la CAQ est timide à côté de législations similaires au Danemark, en France et en Suisse. 

Une grande majorité de Québécois supportent le gouvernement et considèrent que la CAQ ne va pas assez loin. 

Ceux obsédés par le multiculturalisme canadien doivent aussi apprendre et comprendre que leur idéologie est subordonnée à la séparation de l’Église et de l’État. 

Claude L’Arrivée, Gatineau


Le silence est d’or

Les chefs fédéraux goudronnent de discrimination religieuse le projet de loi québécois sur la laïcité. Le projet ne discrimine pas, il discerne les personnes et lieux qui pour unir ne doivent pas afficher de marqueur religieux. Il n’écarte ni les croyants, ni les athées. Il les unit dans le respect du silence. 

Les signes religieux sont des paroles visibles. Le projet 21 n’écarte pas les signes religieux. Il dit que leur temps et lieu n’est ni au cours du maintien de la paix, ni dans les écoles, ni dans les palais de justice pour les gens en autorité. En ces temps et lieux, le silence est d’or.  

Pascal Barrette, Ottawa


Symboles et institutions

En décrochant ce crucifix inoffensif d’un homme en train de mourir sur une croix, l’Assemblée nationale manquera de respect. Dans un récent sondage, 63 % des répondants se disent favorables au maintien des croix et d’autres symboles religieux qui ornent les institutions publiques et, j’en suis. 

Je dis non aux personnes qui manifestent cette intolérance culturelle parce qu’elles sont guidées par leur incapacité de rejoindre l’autre dans sa différence, voire le refus délibéré de cette différence. Mais pourquoi transformons-nous nos particularismes en barrières discriminatoires, comme si les bons étaient tous d’un côté et les méchants tous de l’autre ?

Pierre Gascon, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Taxe sur le carbone : quelle position croyez-vous ? Celle des libéraux, qui promettent des remboursements importants, ou celle des conservateurs, qui laissent poindre une récession ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.