À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Abigail Wright écartée

Les citoyens de Gatineau sont invités à choisir entre quatre noms pour la nouvelle bibliothèque, tous méritoires. Un de ceux soumis par le conseiller Mike Duggan, à ma demande, était Abigail Wyman Wright. Abigail était l’épouse de Philemon Wright, le fondateur de Wright’s Town, l’établissement embryonnaire à partir duquel Gatineau a évolué. La première enseignante, elle a été responsable de l’acquisition des écoles pour la communauté. Dans une communauté sans médecins, elle a également été le premier fournisseur de soins de santé pour tous les colons.

Le Comité de toponymie a décidé que le nom d’Abigail Wright ne serait pas soumis au vote des citoyens. Sa méthodologie est suspecte, reflétant plutôt des choix politiques. Ils devraient être obligés d’expliquer pourquoi Abigail Wyman Wright n’est pas parmi les finalistes.

Richard Henderson, Gatineau

La liberté d’expression ?

Si on s’en fie au pro-choix, la liberté d’expression ne doit pas être au Canada. Que Maxime Bernier ose permettre la liberté d’expression à ce sujet, il est vilipendé comme un être quasiment criminel. À les entendre, tous les leaders devraient être comme M. Justin Trudeau : bâillonner les élus et appliquer une censure la plus totalitaire. Si on n’est pas à la solde de l’avortement, il est impossible d’être un député libéral. 

Incroyable que ce genre d’abus de pouvoir soit toléré dans une démocratie dite « civilisée ».

Isabelle O’Connor, Montcerf-Lytton

Bravo à l’impro du MIFO

Bravo au Mouvement d’implication franco-ontarienne pour une soirée d’impro magique. Dans le cadre de son année de 40e anniversaire, le MIFO présentait le 22 mai au collège La Cité une soirée d’impro. Les deux équipes en venant aux prises avaient comme capitaines Katherine Levac et Patrick Groulx. Les joueurs s’en sont donnés à coeur joie pour le plus grand plaisir de la salle comble. 

Bravo donc au MIFO d’avoir eu la brillante idée d’organiser une telle soirée et de l’avoir menée de main de maître. La francophonie d’Orléans est entre bonnes mains.

Gilles Laporte, Orléans

***

La question du jour :

Choix de quatre noms pour la nouvelle bibliothèque de Gatineau : lequel préférez-vous ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com