À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Des spécialistes à Ottawa

Pourquoi les patients de l’Outaouais auraient besoin d’aller à Montréal pour voir un spécialiste ? (Du CISSSO à Montfort, Le Droit, 6 avril 2018) Mon médecin de famille pratique à Ottawa et facture directement la RAMQ à chacune de mes visites. Le médecin de ma conjointe la facture et elle se fait rembourser par la RAMQ. Pourquoi ne pourrait-on pas faire de même avec les médecins spécialistes d’Ottawa ? Maintenant que la tarification des actes médicaux des spécialistes québécois est aussi ou plus élevée qu’en Ontario, les patients ne devraient en principe ne plus avoir à débourser de leur poche.

Emile Vallée, Aylmer

Pauvre ombudsman

Il y a une dizaine d’années, le maire Marc Bureau et son conseil avaient mis à la porte la vérificatrice générale. Après des milliers de dollars de nos taxes dépensés en frais juridiques, la municipalité avait eu gain de cause. La VG de l’époque ne satisfaisait pas à monsieur le maire. Aujourd’hui, mettez-vous dans la peau de la nouvelle VG face à la requête du maire de revoir le mandat de l’ombudsman, lequel ne plaît pas au maire. Le ou la VG est imputable au conseil municipal. L’ombudsman est au service des citoyens frustrés par des décisions douteuses de l’administration municipale. Il est bénévole et redevable à la communauté. Trouvez l’erreur !

Bertrand Fortin, Gatineau

Un café amer au CNA

L’été dernier, j’écrivais dans ces pages me sentir moins chez moi au Centre national des Arts. D’abord, une employée de Scène Canada refusait de me servir en français. Ensuite, on inaugurait en grande pompe les nouveaux locaux de cette institution fédérale et aucun de ceux-ci ne portait un patronyme à consonance française. Mais jamais deux sans trois : voilà que le CNA récidive en inaugurant le « Equator Coffee ». Pourquoi ne pas avoir choisi un nom bilingue ou d’inspiration internationale ? Ne reste plus qu’à savoir si au Equator Coffee, on peut se faire servir en français.

Alain Poirier, Ottawa

***

La question du jour :

De quelle façon avez-vous été touché par la tragédie de Humboldt?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com