À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

L’avortement tardif

Le gouvernement du Québec cherche à forcer la main aux médecins qui refusent de pratiquer l’avortement tardif, soit après 23 semaines de gestation, sur une femme et un enfant à naître qui sont en parfaite santé, ce qu’ils considèrent non éthique, parce que les risques, à ce stade, l’emportent sur la gravité et la nature des motifs, qui sont non médicaux.

En effet, les risques de l’intervention se multiplient avec chaque semaine de gestation, tels qu’amplement décrit et étudié par la Cour suprême du Canada dans son jugement Morgentaler de 1988.

Isabelle O’Connor, Montcerf-Lytton

***
Le droit à l’avortement

Il y a 10 ans aujourd’hui, un extrémiste enlevait la vie au Dr Tiller. Quelques semaines auparavant, nous avions eu la chance de pouvoir obtenir ses services dans sa clinique d’avortement.

Je me souviendrai à tout jamais de la phrase qu’il avait dite : « S’il vous plaît, envoyez-moi des photos de vos prochains enfants pour que je les ajoute à mon album ». 

En effet, il avait un album avec les photos de tous les enfants nés après que leur mère ait eu recours à un avortement tardif.

Depuis ce jour, notre famille s’est agrandie de deux nouveaux magnifiques enfants en santé. Malheureusement, il n’aura pas la chance de voir ces photos. 

Je lui fais donc la promesse aujourd’hui, qu’un jour, tous mes enfants iront se recueillir devant sa tombe. 

Dans toute cette terrible épreuve qui a frappé ma famille au début de l’année 2009, son professionnalisme et sa douceur ont rendu cette épreuve possible. 

Sachez, Dr Tiller, que ma famille et moi vous serons à jamais reconnaissants. 

Et pour nous, et en votre honneur, nous poursuivons la lutte pour le droit à l’avortement surtout dans les moments sombres comme actuellement.

Romain Vanhooren, Gatineau

***
Une bonne couverture

À titre de professeur retraité de l’Université du Québec en Outaouais, je vous remercie d’avoir si bien couvert le congrès de l’ACFAS qui se tenait dans nos murs. 

Les articles présentaient les aspects intéressants des différentes communications. 

Tout le monde en profite, les professeurs de l’UQO y compris.

Jean-Pierre Deslauriers, Gatineau

+
LA QUESTION DU JOUR

Selon vous, quelle est la cause des événements météorologiques extrêmes ?

Dimanche soir, la météo a provoqué bien des dégâts lors de l'apparition d'une tornade.

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.