À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La 50 : une abomination

Pendant quatre ans, j’ai fait l’aller-retour Gatineau-Montréal tous les deux mardis pour me rendre auprès de mes parents malades. 

Mon père est décédé en juin; ma mère l’avait précédé un an plus tôt. 

Des automobilistes roulent à 90 km/h, impatientant la longue traînée qui les suit. 

Les voies de dépassement, trop courtes et le plus souvent en montée, ne permettent pas aux voitures moins puissantes d’atteindre rapidement la vitesse nécessaire. 

D’où les dépassements risqués ailleurs.

Cette route est une abomination et s’ajoute à la longue liste des exemples de sous-financement des services provinciaux en Outaouais.

Louise Dumoulin, Gatineau

***
Les usagers perdants

Il devient de plus en plus difficile de se rendre directement à Ottawa avec les autobus de la STO. 

Après avoir supprimé l’arrêt sur King Edward, il n’y aura plus qu’un arrêt sur Lyon.

Je ne comprends pas que les autobus d’OC Transpo peuvent s’arrêter sur la rue St-Patrick et pas ceux de la STO. 

D’après cette dernière, leurs autobus ne peuvent s’arrêter pour une question de sécurité et d’autre part, parce que la Ville d’Ottawa ne le permet pas. 

Pourquoi les autobus ontariens peuvent-ils s’arrêter à Gatineau? 

Réponse de la STO : OC Transpo appartient à la Ville d’Ottawa et c’est elle qui décide des arrêts alors que la STO est indépendante de la Ville de Gatineau et ne peut rien faire et surtout pas appliquer la loi du talion! 

Les seuls perdants sont les usagers. 

Les planificateurs des deux cotés de la rivière devraient plutôt travailler à une mutuelle coordination pour le bien-être de tout le monde plutôt que d’en faire une guerre des transports.

B. LeCoin, Gatineau

***
Erreurs médicales: le temps file

Quand on force les gens à faire fréquemment des heures supplémentaires après leur quart de travail régulier, on ne peut s’attendre qu’à de l’épuisement qui mène inévitablement à toutes sortes d’erreurs dont certaines peuvent être fatales.

Je ne parle pas à travers mon chapeau puisqu’on le vit dans notre famille. 

Québec doit absolument prendre de réelles mesures d’attraction et de rétention qui tiennent compte de la réalité de la proximité de la capitale nationale.

Allo la CAQ. Tempus fugit...

Alain Lamarche, Gatineau

+
LA QUESTION DU JOUR

Selon vous, quelles seront les conséquences du blâme du commissaire à l’éthique à l’endroit de Justin Trudeau?

Selon vous, quelles seront les conséquences du blâme du commissaire à l’éthique à l’endroit de Justin Trudeau?

> Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.