À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Des mesures plus fortes

À Marc Garneau, ministre des Transports

Les Canadiens sont en droit de se demander si les autorités fédérales prennent au sérieux la crise du coronavirus. L’Université John Hopkins démontre un taux inquiétant de mortalité à plus de 11 % et un taux de contamination presque exponentiel. Or, certains pays n’ont pas hésité à restreindre les voyages et à imposer des quarantaines pour tenter de contrôler la propagation de la maladie. 

Les chercheurs de John Hopkins ont identifié les aéroports de Vancouver et Toronto comme les plus à risque pour l’introduction du coronavirus, mais le Canada continue d’accueillir des voyageurs qui ont été dans des zones infectées sans dépistage adéquat et mesures de quarantaine. Dimanche, le ministre japonais de la Santé a exhorté le public à éviter les foules et les « rassemblements non essentiels » pour empêcher le coronavirus de se propager dans le pays. 

Je vous demande de limiter les voyages en provenance des zones infectées et en imposant une quarantaine obligatoire de 14 jours à tous les voyageurs en provenance de ces zones.

Frank Handforth, Ottawa

Un site contesté

Le site du dôme est contesté par la communauté de Châteauneuf et autres résidents des alentours de l’école secondaire Garneau. Le Conseil des écoles catholiques du centre-est dit qu’elle a consulté la communauté et c’est n’est pas tout à fait juste. S’il l’avait  fait, il aurait vite réalisé que nous sommes opposés à la construction de ce dôme monstrueux.

Nous avons signé une pétition de plus de 550 signatures qui sera soumise sous peu aux responsables concernés. Nous ne sommes pas contre la construction d’un dôme à Orléans, mais pas sur ce terrain. Cet endroit est résidentiel. Ce n’est pas une zone commerciale. Plusieurs autres terrains seraient plus appropriés. 

Le CECCE peut très bien en trouver un autre plus approprié. La construction de ce dôme sur le terrain de football n’est pas attendue tel que le publireportage le mentionne. Il déguisera la communauté, causera une pollution indésirable, augmentera la circulation et le bruit. De plus, ce dôme aura un effet négatif sur l’évaluation de nos maisons. Qui veut avoir une telle monstruosité au cœur de son quartier résidentiel et paisible ?

Louise Gravelle-Charbonneau, Orléans

+

La question du jour:

Qu’attendez-vous du gouvernement de Justin Trudeau dans la crise autochtone qui ont stoppé les trains au pays ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.