À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Merci pour Jean-Bernard!

Je remercie Le Droit pour le bel hommage à Jean-Bernard Rainville («Jean-Bernard Rainville retrouvé sans vie», 22 janvier). L’article est réaliste et surtout très respectueux comparativement à d’autres médias.

Céline Lécuyer, Gatineau

Très présent à Ottawa

Jean-Bernard Rainville n’était pas que connu au Québec. Il était apprécié des deux côtés de la rivière, notamment par son travail au Droit. Son émission «Club du samedi» à Radio-Canada était régulièrement diffusée à partir de l’auditorium de l’Académie De La Salle [NDLR. les anciens locaux, près de la rue Sussex].

Alain Poirier, Ottawa

Un grand monsieur

J’ai croisé Jean-Bernard Rainville chez mon coiffeur récemment. Il avait l’air en excellente forme, contrairement à nos dernières rencontres. 

Anecdote... Quand la Ville de Hull a changé le nom des « Festivals » pour « Olympiques », il avait dit en ondes qu’il n’aimait pas ce nouveau nom. Il le trouvait ridicule ou quelque chose comme ça. Mais ils ne gagnent pas, on pourra dire: « Les Olympiques font ‘pipique’!» 

Un grand monsieur, ce Jean-Bernard Rainville.

Jean-Guy St-Arnaud, Hull

La voix, le regard...

J’ai connu Jean-Bernard Rainville comme animateur du Festival des Raftsmen vers 1968-1969. Il dosait le suspense devant les draveurs qui dansaient sur les pitounes ou les bucherons qui griffaient les poteaux. 

À CBOFT, rue Lanark, il était lecteur des nouvelles de sports, moi secrétaire de rédaction. Il avait le verbe précis, la passion, le savoir et le savoir-faire. Le tonus de sa voix, le sourire de son regard, voire ses vestons colorés dégageaient une grande générosité. Il incarnait ce que Radio-Canada offrait de mieux, un enthousiasme professionnel. 

Pascal Barrette, Ottawa

***

La question du jour :

Que pensez-vous de la possibilité d’un retour en politique pour Pierre Karl Péladeau?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com