À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Assez c’est assez

Je suis d’accord avec Gisèle Léger de Saint-Isidore. (« Les envahisseurs québécois », Le Droit, 1er août 2018) D’ailleurs, les infirmiers et infirmières le déplorent eux aussi. Nos propres gens n’ont plus accès à des soins, car le Québec empiète sur notre territoire et nos urgences, entraînant temps supplémentaires et manque de lits. La maladie n’a pas de frontière, mais on ne devrait pas subir l’incompétence de certains ministres du Québec. Assez, c’est assez ! 

Francine Da Pratto, Hawkesbury


Clarté et solidarité

Dans ses dépliants publicitaires et en magasin, Super C indique que certains de ses fruits et légumes viennent du Canada et/ou des États-Unis. Comment pouvons-nous soutenir les produits locaux et boycotter les produits américains pour riposter aux mesures protectionnistes de Trump avec une telle ambiguïté ? Quelle stratégie marketing supporte cette approche ? Je me le demande. De grâce, faites preuve de plus de clarté et de solidarité. 

Constant Dubois, Gatineau


Un message d’espoir

Je vous félicite et vous remercie pour cet hommage à mon frère Cyril (« Un pionnier de l’Outaouais est décédé », Le Droit, 1er août 2018). Tous les agresseurs sexuels qui ont lu votre article reçoivent le message qu’une thérapie peut les libérer d’un comportement inacceptable. Tout être humain peut être compris et aimé. Toutes les victimes et familles de victimes reçoivent ce message également. Les bénéficiaires ultimes de ces thérapies sont les milliers d’enfants qui ne subiront pas ces abus dévastateurs. Merci aux thérapeutes qui poursuivent le travail avec dévouement. 

Marc Ryan, Embrun


Nos rues de gruyère

Quelle chance nous avons à Gatineau, nous ne serons pas touchés par la pénurie de bitume. (« Aucun chantier retardé pour l’instant », Le Droit, 3 août 2018) Depuis plusieurs années, nos élus semblent avoir choisi de ne plus répandre de l’asphalte dans nos rues. Donc que le marché manque de bitume, ça ne changera rien à nos rues de gruyère. 

Marc Rhéaume, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Quel devrait être la priorité des candidats en Outaouais, lors de la campagne provinciale qui s’amorce ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com.