À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Bon pour minou...

La consigne est le meilleur système pour le recyclage, je crois. La bière le fait : pourquoi pas l’eau ?

Huguette Hallé, via Internet


Coronavirus et quarantaine

Les autorités de la santé publique veulent éviter la discrimination à l’égard des personnes d’origine asiatique. Je les comprends, un dérapage est vite arrivé. Pendant sa période d’incubation, le coronavirus est contagieux et ne présente pas de symptômes. Si des personnes en provenance de la Chine et en particulier de Wuhan propagent à leur insu cette maladie, on pourrait voir une escalade de discrimination. Pour éviter ce double problème, je crois que la quarantaine est de mise.

Paul Philippe, Val des Monts


Coronavirus : un langage...

« La peur fait faire des affaires qui n’ont pas d’crisse de bon sens… » Voilà comment Horacio Arruda, directeur national de la santé publique et sous-ministre au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, a commenté publiquement la réaction de certaines personnes devant le danger que représente le coronavirus pour la population en général. Sans pouvoir dire s’il est normal ou non de réagir d’une telle façon à une telle menace, je me demande s’il est normal qu’un représentant officiel du gouvernement du Québec dans l’exercice de ses fonctions officielles s’exprime d’une telle façon.  

Roch-André LeBlanc, Ottawa


Consentement anticipé

Tout comme pour un testament de nos biens, qui exige deux témoins, le testament anticipé de « fin de vie » devrait se satisfaire de deux témoins et d’un avis médical. On devrait faire disparaître «raisonnablement prévisible», faire disparaître «l’opinion d’un psychologue ou psychiatre» (trop de paperassier). Le diagnostic du médecin traitant devrait suffire à confirmer l’état irréversible du patient. Tout comme pour un testament, le testateur peut toujours changer d’idée, tant qu’il en a la capacité intellectuelle. Sinon, les écrits et le consentement donné demeurent.

Antoine L. Normand, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Ouverture de la Maison de la francophonie d’Ottawa : y avez-vous toujours cru, compte tenu des péripéties nécessaires à son aménagement ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.