À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Manque de classe

On doit reconnaître et remercier l’ancien premier ministre Brian Mulroney pour sa contribution passée au Canada. Il mérite bien notre respect, mais il devrait maintenant se concentrer à écrire ses mémoires et laisser sa fille Caroline parler pour elle-même. À l’émission Tout le monde en parle, M. Mulroney a tenté de justifier la passivité et le silence de sa fille comme défenseur des Franco-Ontariens. Caroline Mulroney peut s’exprimer elle-même et n’a plus besoin de son papa comme porte-parole. Le qualificatif de « p’tite fille » à l’endroit d’Amanda Simard était méprisant, paternaliste et sexiste vis-à-vis une députée courageuse qui, elle, représente bien ses commettants francophones par ses paroles et ses gestes. J’admire toujours M. Mulroney pour sa défense des minorités, mais il m’a déçu et a manqué de classe avec ses propos.

Richard Prégent, Ottawa

***

Les sonneurs d’alarme post-mortem

Pourquoi acceptons-nous de vivre dans une société où ça prend des histoires infiniment tristes comme celle du décès de la jeune Athéna Gervais pour changer des choses éminemment évitables, comme la vente facile de boissons énergisantes alcoolisées aux jeunes ? (Pour qu’il n’y ait plus de vies Fucked Up, Le Droit, 18 mars 2019) Parce que les commerçants et les manufacturiers ont de puissants lobbies qui font passer des mécanismes de contrôle en amont de la commercialisation comme autant de brimades réglementaires qui empêchent les vraies affaires. 

Le passage le plus triste de la chronique de Mylène Moisan est certes celui où sa marraine déplore que ces cocktails empoisonnés pour les jeunes aient été en vente libre hors de vue du commis à l’épicerie. Pourquoi mettre autant de responsabilités sur d’autres jeunes payés au salaire minimum ? Il est grand temps d’avoir une conversation nationale sur l’application généralisée du principe de précaution en commercialisation de produits dans ce pays, comme l’Europe l’a fait depuis longtemps, plutôt que de se plier aux diktats des accords commerciaux qui prétendent qu’il s’agit de barrières au commerce. Si ce n’est que pour empêcher d’autres tristes histoires comme celle d’Athéna, et délester les coroners d’un rôle ingrat : celui de sonneurs d’alarme post-mortem.

André Dorion, Gatineau

------------------------------------------

+

LA QUESTION DU JOUR

Que pensez-vous des propos de l’ex-premier ministre Brian Mulroney sur la députée indépendante Amanda Simard, et sur le travail de sa fille, Caroline Mulroney, comme ministre des Affaires francophones de l’Ontario ?

Brian Mulroney

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.