À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Bye bye la retraite à 65 ans ?

À la suite de l’article « Bye bye la retraite à 65 ans » (Le Droit, 15 avril), il y a un manque de compréhension entre l’espérance de vie et une qualité de vie optimale. On parle d’espérance de vie qui s’allonge mais nous ne parlons pas de la qualité de vie qui peut être très différente d’une personne à l’autre.

Trop souvent, plusieurs tombent au combat lorsque la retraite s’amorce. Demander au corps de tout arrêter du jour au lendemain et de se mettre en mode repos est parfois trop divergent rapidement.

Par ailleurs, pourquoi demander à une personne de 50, 55 ou 60 ans en pleine forme, de continuer son travail au lieu de profiter de ce moment de vie ? En 2019, profiter de la vie n’est pas de s’arrêter et ne rien faire, et cela est très relatif pour chacun. La retraite, de nos jours, consiste plutôt à avoir contrôle de son temps, ce qui ne signifie pas nécessairement d’arrêter de travailler. C’est très bien d’augmenter les prestations de 100 $ par mois, mais est-ce que ça en vaut la peine ? C’est un coup de dés.

Je ne suis pas contre le principe de bonifier pour encourager les gens à travailler un peu plus, mais il ne faut pas pénaliser ceux qui veulent passer à autre chose et profiter de la retraite. La vraie solution serait de bonifier pour les jeunes et pour ceux qui sont déjà en poste. Rendons tout travail attrayant pour tous !

Joël Desrosiers, Gatineau

***

Pas de retour des religions

Il est difficile de comprendre les dérives des groupes qui militent contre le projet de laïcité. Probablement que ces gens ne comprennent pas la lutte des Québécois pour se sortir des excès de la religion. Est-ce déraisonnable de ne pas vouloir voir en autorité des gens qui croient que leurs dieux veulent que les femmes soient traitées en personnes de deuxième classe ou que les hommes ne peuvent jamais couper leurs cheveux qui doivent être cachés sous un turban et qu’ils doivent porter un couteau en tout temps, de même pour la kippa ?

On n’empêche personne de pratiquer sa religion en privé, mais nous n’avons pas à nous excuser de ne pas vouloir la propagation de symboles qui sont à l’encontre de nos valeurs.

Marc Rhéaume, Gatineau


LA QUESTION DU JOUR

Prolongation des heures d’ouverture des bars à Gatineau: dans quel camps êtes-vous? Celui des tenanciers ou des opposants?

L'heure d'ouverture des bars à Gatineau pourrait être prolongée.

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.