À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Belle initiative du Droit

J’apprécie beaucoup lire les «Capsules de notre histoire» publiées dans Le Droit par l’historien Raymond Ouimet. C’est très intéressant ! Excellente initiative ! 

Mireille Albert, Gatineau

Lacune de leadership

Ce qui devait arriver arriva, le premier ministre François Legault annonce qu’il offrira de l’aide financière à tous ceux qui sont incommodés par les barricades illégales. Il se révèle donc être un politicien comme les autres, qui dépensent allègrement l’argent des contribuables pour régler des lacunes de leadership. 

Cet argent, j’aurais préféré qu’on le dépense sur nos aînés, nos enfants, etc. Très décevant ! 

Christian Sylvain, Gatineau

Le français à l’U. d’Ottawa

Jacques Frémont, dont on vient de reconduire le mandat comme recteur de l’Université d’Ottawa, n’a toujours pas appliqué la Loi sur les services en français aux facultés des sciences et de génie ainsi qu’aux programmes de cycle supérieur. 

Les Franco-Ontariens attendaient mieux de la part de celui qui soulignait lors de son entrée en fonction en 2016 les liens étroits que l’Université d’Ottawa entretient avec les Franco-Ontariens et l’importance de protéger leurs droits avec la Loi 8.

Jean-Pierre Villeneuve, Ottawa

Pour la dignité humaine

Je suis parfaitement d’accord pour élargir l’aide médicale à mourir, ce droit fondamental de se souhaiter une mort en toute dignité, quelle que soit la définition personnelle que l’on se fait de cette dignité.

Je souhaite que l’on puisse cocher une case dans nos directives médicales de fin de vie qui indiquerait notre demande d’aide médicale à mourir (comme en Belgique) alors que maintenant nous ne pouvons que refuser des traitements qui nous font mourir de soif. Svp, soyons conséquents. 

En amont, pourquoi ne pas trouver un moyen qui serait enseigné à toutes les personnes susceptibles d’utiliser ces défibrillateurs de plus en plus répandus.

Carl Mawn, Québec

***

La question du jour :

Le God Save The Queen sauvé à l’Assemblée législative de l’Ontario : les libéraux avaient-ils raison de participer à son sauvetage ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com