À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Bon pour pitou, bon...

La décision du député de Pontiac André Fortin de ne pas se lancer dans la course à la direction du Parti libéral du Québec est un bel exemple du principe de la conciliation travail-famille tant préconisé par les libéraux pendant leur dernier mandat. 

Un bémol cependant. Le principe ne s’appliquait pas aux infirmières par la pratique systémique du temps supplémentaire obligatoire. Ce qui est bon pour un député doit l’être pour les citoyens. C’est lui qui paie pour l’amélioration de la qualité de vie au Québec.

Jean-Pierre Allard, Gatineau

La religion : pas un droit

Afficher sa religion n’est pas un droit. Le lieu de travail n’est pas un lieu de piété. Tous ont droit à leurs pratiques religieuses mais juste hors du travail seulement là où la neutralité religieuse de l’État doit prévaloir.

Les pratiques religieuses ont été déterminées par des hommes et non par un Dieu dont l’existence reste à prouver. La volonté d’êtres humains qui veulent prouver l’adoration à leurs dieux ne doit pas avoir préséance sur la cohésion sociale requise dans les postes d’autorité de l’État avec neutralité religieuse.

Les dieux ont-ils tant besoin qu’on promène sans cesse des signes les représentant? Sûrement pas. Les croyances religieuses sont des constructions humaines, ils peuvent donc être déconstruits. Il arrive que des religions soient considérées si sacrées que leurs croyants deviennent fanatiques et sont parfois prêts à guerroyer pour elles et c’est pourquoi il faut garder cela hors des sphères d’autorité de l’État.

Pierre Morin, Gatineau

En vente, le crucifix!

Les élus québécois ont accepté le 28 mars de retirer le crucifix qui trône au-dessus du président de l’Assemblée nationale pour l’entreposer ailleurs au Parlement. 

Cela ne fait que déplacer le problème. Tous les objets à connotation religieuse dans des lieux étatiques devraient faire l’objet d’une vente aux enchères.

Alain Cyr, via Internet

***

La question du jour :

Querelle entre Québécor et Bell au sujet de TVA Sports et RDS : quelle solution préférez-vous ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com