À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

L’UQO favorise le béton

Le 19 février, la direction de l’Université du Québec en Outaouais a pris deux décisions. Prendre 1,3 million $ du budget dédié à l’enseignement pour construire un bloc sanitaire attenant au terrain de soccer. Et couper encore 8 % des cours prévus aux trimestres automne 2018 et hiver 2019. On se demande après pourquoi il y a une baisse des inscriptions des étudiants à l’UQO.

Guy Bellemare, Professeur au Département de Relations industrielles de l'Université du Québec en Outaouais

Des comptes à rendre

Dans sa chronique « L’armée du silence » (Le Droit, 21 février), Denis Gratton a « découvert » le double jeu du conseiller Mathieu Fleury. Pourtant, dès sa première élection, le conseiller faisait cabale pour sortir les agaçants sans-abri de la basse-ville — pas bon pour le tourisme et pire encore pour les promoteurs immobiliers. Le courriel de juin 2017 du maire Jim Watson démontre à quel point M. Fleury jouait en catimini dans les coulisses, loin des yeux et surtout des oreilles des Vaniérois, tout en sachant fort bien que Vanier s’avérait l’emplacement préféré du maire pour la nouvelle Armée du salut.

À part la tromperie politique, le conseiller Fleury fut, en multipliant les demi-vérités et usant de la démagogie durant les assemblées publiques, un des grands responsables de la montée de lait exagérée contre le projet de l’Armée du salut. Les citoyens doivent lui demander des comptes.

Pierre LeBlanc, Ottawa

Pas assez, 15 ans ?

« Boussole déréglée chez les libéraux » (Le Droit, 13 février) : bien dit. Combien de temps les Québécois se laisseront-ils encore berner ? Ça fait déjà 15 ans ! N’est-ce pas suffisant ? Faut dire qu’en Outaouais, il faudrait une hécatombe qui ferait périr la moitié de la population, et encore, je ne suis pas certain que les libéraux sortiraient perdants de la prochaine élection ! Tellement désolant !

Roger Demers, Gatineau

***

La question du jour :

Qu’est-ce que les Sénateurs doivent faire d’Erik Karlsson: l’échanger, le garder... et risquer de le perdre dans un an? 

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com