À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le côté positif du « Quebec Bashing »

Parfois, les flèches volent bas. Les francophones au Québec et hors-Québec ont les épaules larges, comme on dit. Mais je ne peux m’empêcher de penser qu’au fond, ce qui peut sembler comme du mépris est possiblement une forme d’envie. Envie d’un peuple fier ayant une identité et un profond sentiment d’appartenance. Envie d’un peuple fort ayant le courage de s’affirmer. Envie d’un peuple sociable aimant faire la fête. Envie d’un clan joyeux qui se salue à travers le Canada aussitôt que l’occasion se présente. Vu comme ça, le « Quebec Bashing », on le prend comme un compliment.

Nicole Morin, Gatineau

Sauver les cygnes royaux

Vraiment, la Ville d’Ottawa ne peut pas trouver 600 000 $ afin de construire un abri hivernal pour les cygnes royaux, qui, depuis 1967, sillonnent si gracieusement les eaux de la rivière Rideau ? Faut-il rappeler à nos élus que ces cygnes furent un cadeau de la Reine Elizabeth II à l’occasion du centenaire de la Confédération. Allez, Monsieur le Maire, demander donc au groupe Rideau Transit de faire une petite contribution.

Maurice Glaude, Ottawa

Une initiative avant-gardiste

Peu d’initiatives de nos jours reçoivent une approbation unanime. Tel est le cas de l’entente entre les Acadiens, les Franco-Ontariens et les anglophones québécois de combattre ensemble contre la désaffection de deux écoles anglophones au Québec et, dans un sens plus large, les attaques récentes sur les droits des minorités francophones en Ontario. L’objectif est de combattre ensemble pour les droits éducatifs des minorités linguistiques. Certains le contestent ; d’autres le questionnent. Nous, à Dialogue Canada, préférons toujours la conciliation et l’aide mutuelle aux combats qui divisent. Depuis longtemps, nous préconisons l’entraide entre francophones et anglophones pour compenser pour nos faiblesses évidentes en tant que minorités. Nous applaudissons donc l’initiative avant-gardiste de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario. 

Trèva Cousineau, présidente de Dialogue Canada

***

La question du jour :

On ignore toujours ce qui a causé la mort de centaines de poissons sur la rivière des Outaouais. Êtes-vous inquiets de la qualité de l’eau de la rivière ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com