À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Patrimoine bafoué

Je souhaite exprimer mon indignation face aux esquisses proposées pour le Château Laurier par la firme Larco Investments. Les plans soumis ne répondent aucunement au maintien du patrimoine historique de ce magnifique édifice. Tous les touristes qui viennent dans la capitale du Canada reconnaissent la beauté et le charme du Château Laurier. Le site Internet de la ville d’Ottawa montre le Château Laurier sur son site officiel comme étant un édifice reflétant la splendeur historique de la capitale nationale.

Il est du devoir de tous les Canadiens de défendre ce lieu patrimonial et de faire en sorte que tout ajout proposé par le propriétaire soit physiquement et visuellement en accord avec son style historique. Il est du devoir de Larco de retourner à leur planche à dessin et qu’ils nous reviennent avec des plans qui sauront sauvegarder l’harmonie et l’éclat patrimonial du Château Laurier.

Johanne Labelle, Gatineau

Apôtre de l’aide à mourir

Ma mère est décédée dans un mouroir, dans un CHSLD. Elle est partie à l’aube de ses 97 ans dans l’indignité la plus totale et dans la souffrance occasionnée par des lésions qui baignaient souvent dans l’urine puisqu’on ne changeait sa culotte de rétention que selon un protocole établi pour tous les patients. Manque de compassion, comportement professionnel douteux ou personnel insuffisant ? J’ai souvent entendu les préposés dire qu’il y avait un manque de personnel dû à un absentéisme élevé. Les patients se retrouvent donc très souvent confrontés à du personnel de remplacement inexpérimenté, ce qui insécurise grandement les patients fragilisés. Oublie-t-on que les CHSLD regorgent de personnes en fin de vie, et surtout sans défense ? Si ma mère n’avait pas souffert de démence, elle aurait exigé l’aide médicale à mourir pour mettre fin à ce calvaire. Avant de finir mes jours dans de telles institutions, je me prévaudrai de ce privilège. De la façon dont le ministre Gaétan Barrette gère le système de santé, il œuvre merveilleusement bien pour promouvoir l’aide médicale à mourir. 

Isabelle Vincent-Deveault, Gatineau

***

La question du jour :

Que doit-on faire pour mieux soutenir les proches aidants ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com