À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Notre bout de la couverte

Eh oui, M. Ford a tiré trop fort sur la couverture. Veut-il donc nous mettre à découvert ? Notre ministère des Affaires francophones, on y tient ! C’est un bout de la « couverte » qui nous appartient. 

On disait autrefois que les Canadiens français étaient « nés pour un p’tit pain. C’est faux ! Une part de la tarte nous revient, en toute justice. On doit toutefois reconnaître que les Franco-Ontariens, les francophones hors Québec, sont nés pour une lutte sans fin. On n’en finit plus de nous priver de nos droits, même acquis. Cette fois, Ford coupe impunément dans le pain bénit. 

Comme tant d’autres, il est incapable de reconnaître que nous contribuons à pétrir ce pain. Qu’il le sache, les francophones apportent du levain à la pâte, ils tissent leur part de l’immense couverture confortable qui enveloppe l’Ontario. Qu’il en laisse donc un bout de notre bord ! Respect oblige ! On est reconnaissants de la nomination de Caroline Mulroney, mais elle ne sera que déléguée. Aura-t-elle le temps, l’énergie, l’argent et le pouvoir qu’elle aurait si on gardait notre ministère des Affaires francophones ? Non, bien évidemment ! Refuser de reconnaître la valeur et l’importance de la Francophonie, c’est une grave erreur et une déplorable injustice. Francophones de l’Ontario, et de partout, il faut tirer plus fort ! Ne lâchons pas notre bout de la couverte !

Colette St-Denis, Ottawa


La vigilance

Sans la vigilance des médias et de la conseillère Louise Boudrias, le conseil de ville aurait voté en catimini le supplément de 18 millions $ pour la réfection d’une partie du boulevard Saint-Joseph. (18 millions sous le tapis, Le Droit, 5 juillet 2018). 

Encore une fois, et malgré les coûts exorbitants de planification, la 4e plus grande ville du Québec n’est pas capable de nous présenter un projet bien ficelé et professionnel. Et ce n’est pas fini !

Bernard LeCoin, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Quel bilan faites-vous des six premiers mois du nouveau conseil municipal de Gatineau et du maire Maxime Pedneaud-Jobin ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.