À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Amanda, où êtes-vous?

Notre députée franco-ontarienne Amanda Simard ne doit pas risquer d’être l’«étoile filante» évoquée par Sébastien Pierroz dans Le Droit du 29 juillet 2019

Elle doit multiplier les présences, tant à Queen’s Park que dans sa circonscription et encore dans les grandes occasions. 

C’est l’image qui compte, plus qu’on ne saurait le croire. 

La députée doit respecter ses commettants par une présence assidue en Chambre, où elle doit voter sur les différentes propositions. 

La présence est plus importante que le temps de parole. 

Dans son comté, la députée doit multiplier ses visites aux divers événements sociaux et communautaires. 

Enfin, Mme Simard ne doit plus rater de grands rassemblements comme celui de la Résistance du 1er décembre dernier à Ottawa, avant d’aller dans sa circonscription ; non plus que le défilé historique du 24 juin de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal organisé par Félix Saint-Denis, en collaboration avec l’AFO, où elle aurait pu se joindre à la ministre fédérale Mélanie Joly. 

Allez, Mme Simard, vous détenez toujours le titre de nouvelle héroïne franco-ontarienne, faites-le briller.

Yves Saint-Denis, ancien président de l’ACFO et président de l’Assemblée des patriotes de l’Amérique française

***
Une taxe efficace

Comme le souligne Gilles Marleau (Du concret svp, Le Droit, 6 août 2019), les conservateurs prétendent que la taxe sur le carbone est mauvaise pour l’économie. 

Pourtant, le communiqué émis par le FMI le 3 mai dernier est clair : « La taxe carbone est l’instrument le plus efficace contre la pollution ». 

Dans les prochaines années, cette taxe pourrait apporter de réels bénéfices à l’économie. 

Le FMI a calculé que ne pas imposer cette taxe revient à subventionner le secteur pétrolier de plus de 1500 $ par Canadien. 

En effet, la pollution coûte cher à l’économie, notamment en santé, et ce coût n’est pas répercuté dans le prix des produits pétroliers. 

Or, pour qu’une économie comme la nôtre fonctionne correctement, les prix doivent refléter les coûts réels. 

Pour les experts internationaux, le plan fédéral sur le carbone est donc un outil inévitable. 

Et dans les provinces qui se sont retirées de la bourse du carbone et se voient donc imposer une taxe carbone par le gouvernement fédéral, la plupart des citoyens y gagnent, car ce dernier rembourse à chacun un montant d’argent fixe, indépendant de ses revenus, qui fera plus que compenser cette taxe.

Roland Madou, Ottawa

+
LA QUESTION DU JOUR

Le téléphone cellulaire: utile ou futile?

Le téléphone cellulaire: utile ou futile?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.