À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La brique vieillit bien

La brique des Terrasses de la Chaudière est un matériau noble qui vieillit bien. Si la brique s’est dégradée, ce n’est pas à cause du produit lui-même mais son installation ou l’humidité derrière la brique. J’y ai travaillé il y a 37 ans; je trouve toujours ce complexe très beau. 

Denise Hupé, Gatineau

•••

Un vent de changement

Après les déboires du Holiday Inn, on comprend l’hésitation des gens d’affaires de l’extérieur à reconnaître Gatineau comme 4e ville du Québec. Quel bureau d’urbanisme a-t-on! Il faudra un grand vent de changement. Présentement, personne n’a ces aptitudes.

S. Richard, Gatineau

•••

Le bébé gâté

Je suis vélo, mon épouse est plutôt autobus. Ensemble nous sommes voiture. De ces élections municipales nous souhaitons des routes carrossables, des bandes cyclables sécuritaires, du transport en commun efficace et des routes déneigées. De l’eau potable et des ordures ramassées. Des sans-abri avec un abri. Des taxes raisonnables. Et parler de nos quartiers. 

Quand les médias parlent d’un bébé gâté, constructeur de tours de Babel, qui pointe du doigt des travailleurs municipaux responsables et consciencieux parce qu’il n’a eu son gâteau, il me rappelle ma fillette qui voulait un deuxième tour de manège !

Bernard Hurteau, Gatineau

•••

Défendre l’indéfendable

Après Denise Laferrière, Denis Tassé et le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Jean-Claude Desrosiers, qui sera le prochain à être instrumentalisé par Brigil pour défendre l’indéfendable projet de tours? Quant à aller dans la démesure, il pourrait y aller à fond avec 135 et 115 étages !  

Pierre Larabie, Gatineau

•••

Rasons les barbes !

Le Québec tente de faire croire que la Loi 62 est une simple question de sécurité. Mais les islamophobes l’ont très bien comprise. Alors si c’est pour la sécurité, qu’on insiste que les barbus se rasent pour régler un problème d’identification. Quoi ? Ce serait discriminatoire d’incommoder les hommes ?

Martin Laplante, Ottawa

•••

Des contradictions

Les personnes qui défendent le port du voile intégral sont-elles conscientes qu’elles invoquent la liberté de porter un vêtement qui proclame l’inégalité de la femme ? 

Cette attitude est contradictoire, surtout lorsqu’elle vient de gens prônant l’égalité homme-femme. Ces vêtements n’ont rien à voir avec la religion, mais relèvent d’une tradition sociale, tout comme l’excision. Le maintien du crucifix à l’Assemblée nationale est tout aussi illogique dans un État qui se prétend laïque. En faire un objet « patrimonial » est une entourloupette de politiciens pleutres et inconséquents. L’ignorance et les religions obscurcissent le jugement. Nos politiciens en sont les victimes, aveuglés par des considérations électoralistes.

Jean Delisle, Gatineau

•••

Un État religieux

Imaginez un État où une statue du Christ vous accueille à l’entrée de l’hôpital. Un État où sont érigées deux croix dans l’école primaire publique et laïque. Un État où sont cloués des crucifix dans les palais de justice. Imaginez que cet État rédige une Loi sur la neutralité religieuse, non pas pour retirer ces symboles religieux de leurs institutions, mais pour empêcher votre enfant de porter un passe-montagne par un matin glacial, de monter à bord de l’autobus. Cet État s’appelle le Québec.       

Marie-Christine Bernier, Gatineau 

•••

Nulle part au Canada !

De quoi se mêle Ottawa et l’Assemblée législative de l’Ontario au sujet de la Loi 62 au sujet de l’interdiction du visage voilé au Québec ? Le voile intégral ne devrait être toléré nulle part au pays ; c’est aux musulmans de s’accommoder de nos lois et coutumes. 

La sécurité des Canadiens passe bien avant la religion. Bravo au Québec et ne lâchez pas !

Line Branchaud, Embrun

•••

Du Québec bashing 

Le Canada anglais s’est enflammé dans une réprobation unanime contre la Loi 62. Un vocabulaire extrême où l’intolérance servait de commun dénominateur a servi d’unique argument. Aucun respect pour la juridiction québécoise. Le Québec qui voulait travailler à l’harmonie se voit accusé de créer de la division.

Mais enfin quelle est la cause de ce soulèvement contre le Québec ? Manifestement, le Canada refuse de reconnaître la spécificité du Québec, et du même souffle toute mesure visant à l’affirmer. Autrement dit, toujours le droit du Conquérant de 1760. Tout le reste n’est que pure hypocrisie. Il n’y a rien à attendre d’une Cour suprême complice systémique, sinon la défaite du Québec et de son gouvernement au prétexte d’« accommodements raisonnables » dirigés contre l’identité nationale des Québécois.

Hubert Larocque, Gatineau

•••

La question du jour

Une nouvelle ambassadrice des États-Unis au Canada vient d’arriver: quel message voudriez-vous lui livrer?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com